Monthly Archives: December 2017

Russia is imposing new Rules of Engagement in Syria on Israel and the US

Published here: 

Syria – by Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Russia is imposing new rules of engagement (ROE) on both Israel and the US in Syria, reflecting the way it preserves its national interests in the Levant and beyond the Middle East, mainly in Ukraine, where the US has decided to provide lethal weapons to the local authority and is aiming to attract Kiev to become part of NATO, a move considered by Moscow to be hostile.

Moscow’s answer was clearly stated by the Russian Chief of Staff Valery Gerasimov, who said that “Russian advisers, trainers, intelligence service officers, artillery personnel, and all other various Russian military units have been integrated into every single Syrian combat troops, brigades, units, and even small battalions”. Gerasimov stressed that “all military and combat plans are agreed in partnership with the Syrian army. We are on the ground, working together for common strategic objectives and a common plan”. Thus, the Russian politico-military player knows how to send his messages throughout the Syrian southern front every time the US moves against Moscow’s interests in other parts of the world.

Russia, through its Chief of Staff (Russian), recognises that the Syrian military operations are not unilateral Syrian decisions – with its ground forces and those of its partners, i.e. Iran, Hezbollah and other Iraqi and allies–but are also a product of Russian evaluation and planning. Thus, the liberation of Beit Jinn – the last stronghold of the militants in the western Ghouta and at the foot of the southern mountain of Jabal al Sheikh (Mount Hermon) confining the Israeli positions – is also a Russian decision.

The liberation of Beit Jinn from al Qaeda and their Syrian allies – supported, equipped and financed by Israel since 2015 – helped the Syrian army to break the imaginary Israeli “buffer zone”. Israel aimed to prevent Hezbollah and Iran from reaching the area to avoid contact with its forces. Following the US President Donald Trump’s decision to supply Ukraine with anti-tank laser missiles, adopting a more aggressive stand towards Russia, Moscow decided to move also on the Syrian front, widening the differences between Russia and the US.

The Syrian army, along with Hezbollah Ridwan Special Forces, carried out the ground attack on Beit Jinn and succeeded in recovering the surrounding hills and the city itself following a request by al-Qaeda to surrender (around 300 militants) and evacuated the area before the final assault to the northern city of Idlib and others to the southern city of Daraa. Thus, the Russian-Iranian-Syrian-Hezbollah forces’ coordination on the Syrian-Israeli front is designed to prevent any Israeli military intervention in defence of its proxies (al-Qaeda and its allies in the south of Syria Ittihad Qu’wat Jabal al-Sheikh). Russia is imposing a new rule of engagement on Israel: any Israeli attack may endanger a Russian or several Russian officers working side by side with the Syrian army, as the Russian Chief of Staff Valery Gerasimov revealed. Israel won’t be able to bypass the new Russian equation because, if Israel hits the attacking forces, it may put Tel Aviv in conflict with a superpower, Russia, and draw it into the Hezbollah/Iran – Israeli conflict.

The Russian-Iranian-Syrian strike comes at a time when Israel is providing artillery and intelligence support for al-Qaeda and its allies in Beit Jinn. By recovering the area and the highlands around it, Russia is administering the first direct slap to US’s main ally (Israel) in the Middle East. Israel has long feared Iran and Hezbollah’s presence at its borders and did everything to stop the Syrian Army from reaching the Shebaa farms occupied by Israel, as is the case today following the liberation of Beit Jinn. However, there are still areas under indirect Israeli influence in occupied southern Syria (under al-Qaeda and its allies’ control), such as Quneitra area and the surrounding villages (Tarangah, Jab’bat al-Khashab, and Ain al-Baydah).

The US president redirected the compass of the “resistance” towards Jerusalem after years of negligence, damaged by the Takfiri organisations (ISIS and Al Qaeda) when these decided to target Muslims and non-Muslims in Syria, Iraq, Lebanon and other parts of the Islamic world. When Trump “recognised” Jerusalem as being the capital of Israel, he united and focussed other ideologies organised under the aegis of the Iranian Revolutionary Guards in Syria (Syrian nationals) towards the Syrian-Israeli border and towards every occupied Syrian territory and Palestine.

The Syrian war failed in its objective to change the Syrian regime and produced groups who have benefitted from Iranian training (and ideology) and the Lebanese Hezbollah’s outstanding combat experience since 1982 to date. These are (to name but a few): “Hezbollah Syria”, “Al-Redha forces”, “Al-Mukhtar al-Thaqafi Brigade”, “Imam al-Baqir Brigade”, “Qamar Bani Hashem (Al-Abbas bin Ali)”, “Islamic Resistance Force 313”, “Zeyn El Abidine Brigade”, “Saraya Al-Waad”,“the Raad Al-Mahdi brigade”, “Al-Hussein Brigade”, “Al-Ghalaboon”, and other similar groups spread across the Syrian map.

Iran’s biggest achievement in the outcome of the Syrian war is the new Syrian combat doctrine, which has changed from being a regular classical army to fighting with an ideology which will protect the country from the Takfiri’s return to the Levant and will stand against Israel. They will also be directed to fight for the recovery of all occupied territory by Turkey and the US, in the north of Syria, if these decide to stay despite Damascus’s demand for these to leave.

It is clear that the rules of the game in Syria have changed. They will continue to evolve to meet evolving interests: internal and regional changes, and development. For certain, a new resistance has been born from these six long years of war, and is ready to serve its own objectives- and also those of Syria, Iran, and Russia.

 

La Russie impose de nouvelles règles d’engagement à Israël et aux USA en Syrie

 

Publié ici: 

Par Elijah J. Magnier (en Syrie) : @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

La Russie impose de nouvelles règles d’engagement à Israël et aux USA en Syrie, qui donne une idée de la manière dont elle veille à ses intérêts au Levant et à l’extérieur du Moyen-Orient, principalement en Ukraine, où les USA ont décidé de fournir des armes létales à l’autorité locale tout en voulant amener Kiev à faire partie de l’OTAN, ce que Moscou considère comme hostile.

La réponse de Moscou a été clairement énoncée par le chef d’État-major russe Valéri Guérassimov, qui a dit que « les conseillers, instructeurs, agents du service du renseignement, membres du personnel de l’artillerie et toutes les autres unités militaires russes sont intégrés à chaque force de combat, brigade, unité et moindre bataillon syrien ». Guérassimov a souligné que « tous les plans militaires et de combat sont adoptés en partenariat avec l’armée syrienne. Nous sommes sur le terrain et travaillons ensemble à la réalisation d’objectifs stratégiques et d’un plan communs ». Le joueur politico-militaire russe sait comment s’y prendre pour transmettre ses messages sur le front sud en Syrie chaque fois que les USA s’en prennent aux intérêts russes dans d’autres parties du monde.

La Russie, par la voix de son chef d’État-major, reconnaît que les opérations militaires syriennes ne relèvent pas de décisions unilatérales des Syriens (avec leurs forces terrestres et celles du Hezbollah, de leurs partenaires iraniens et irakiens et d’autres alliés), mais qu’elles sont le fruit d’une évaluation et d’une planification russes. Ainsi, la libération de Beit Jinn, dernier château fort des militants dans la Ghouta occidentale au pied du Jabal al Sheikh (mont Hermon) au sud de la Syrie, qui a pour effet de circonscrire la position israélienne, relève aussi d’une décision russe.

En libérant Beit Jinn de la présence d’al-Qaeda et de ses alliés syriens, qui sont soutenus, équipés et financés par Israël depuis 2015, l’armée syrienne a fait éclater la « zone tampon » imaginaire d’Israël, qui voulait empêcher le Hezbollah et l’Iran d’atteindre ce secteur afin d’éviter toute prise de contact avec ses forces armées. À la suite de la décision du président américain Donald Trump de livrer des missiles antichars à guidage laser à l’Ukraine, se montrant ainsi plus hostile à la Russie, Moscou a décidé de répliquer sur le front syrien, ce qui a pour effet d’accroître encore plus l’écart entre la Russie et les USA.

L’armée syrienne, ainsi que les forces spéciales du Hezbollah (Ridwan), ont mené l’attaque terrestre sur Beit Jinn et réussi à prendre les collines environnantes puis la ville même, après la capitulation d’al-Qaeda et l’évacuation d’environ 300 militants du secteur avant l’assaut final en direction de la ville d’Idlib, au nord, ou de Daraa, au sud. La coordination des forces de la Russie, de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah vise donc à empêcher toute intervention militaire israélienne pour défendre ses mandataires (al-Qaeda et ses alliés du groupe Ittihad Qu’wat Jabal al-Sheikh). La Russie impose ainsi une nouvelle règle d’engagement à Israël : toute attaque israélienne pourrait mettre en danger un ou plusieurs officiers russes travaillant côte à côte avec l’armée syrienne, comme l’a révélé le chef d’État-major russe Valéri Guerassimov. Israël ne pourra pas changer l’équation russe, car s’il touche les forces attaquantes, Tel-Aviv risque de se retrouver en conflit avec la superpuissance qu’est la Russie, et amener celle-ci à s’immiscer dans la querelle qui oppose Israël au Hezbollah et à l’Iran.

La frappe russe, iranienne et syrienne survient à un moment où Israël fournissait du soutien d’artillerie et du soutien en matière de renseignement à al-Qaeda et à ses alliés à Beit Jinn. En récupérant le secteur et la région montagneuse environnante, la Russie flanque une première gifle au visage du principal allié des USA (Israël) au Moyen-Orient. Israël craint depuis longtemps la présence de l’Iran et du Hezbollah à sa frontière et a tout fait pour empêcher l’armée syrienne d’atteindre les fermes de Chebaa occupées par Israël, comme c’est le cas aujourd’hui après la libération de Beit Jinn. Mais il reste encore des secteurs sous influence indirecte d’Israël dans le sud syrien occupé (sous la coupe d’al-Qaeda et de ses alliés), comme la région de Quneitra et les villages environnants (Tarangah, Jab’bat al-Khashab et Ain al-Baydah).

Le président des USA a fait tourner la boussole de la « résistance » vers Jérusalem après des années de négligence, en raison des dommages causés par les organisations takfiries (Daech et al-Qaeda) lorsqu’elles ont décidé de s’en prendre aux musulmans et aux non-musulmans en Syrie, en Irak, au Liban et ailleurs dans le monde islamique. Lorsque Trump a « reconnu » Jérusalem comme capitale d’Israël, il a unifié les tenants d’autres idéologies sous l’égide du corps des Gardiens de la révolution islamique en Syrie (formé de Syriens) et les a focalisés en direction de la frontière syro-israélienne, de tous les territoires syriens occupés et de la Palestine.

La guerre en Syrie a échoué dans son objectif de provoquer un changement de régime et a amené la création de groupes qui ont bénéficié d’un entraînement (idéologie y comprise) fourni par l’Iran et de l’immense expérience au combat acquise par le Hezbollah libanais depuis 1982. Parmi ces groupes, mentionnons le « Hezbollah syrien », les « Forces Al-Redha », la « Brigade Mokhtar al-Thaqafi », la « Brigade Imam al-Baqir », « Qamar Bani Hashem (Al-Abbas bin Ali) », la « Force de résistance islamique 313 », la « Brigade Zeyn El Abidine », « Saraya Al-Waad », la « Brigade Raad Al-Mahdi », la Brigade Al-Hussein », « Al-Ghalaboun » et d’autres groupes similaires répartis dans l’ensemble du territoire syrien.

La plus grande réussite de l’Iran à l’issue de la guerre syrienne, c’est d’avoir établi une nouvelle doctrine de combat en Syrie, qui a transformé une armée régulière classique en une armée empreinte d’une idéologie qui l’amènera à protéger le pays contre le retour des takfiris au Levant et à se dresser contre Israël. Ces militaires seront aussi appelés à combattre pour récupérer tout le territoire occupé par la Turquie et les USA au nord de la Syrie, si ces pays s’obstinent à rester malgré les appels de Damas à quitter les lieux.

Il est évident que les règles du jeu ont changé en Syrie. Elles vont continuer d’évoluer en fonction des intérêts changeants à l’intérieur du pays et à l’échelle régionale, ainsi que des nouveaux développements. Chose certaine, ces six longues années de guerre ont donné naissance à une nouvelle résistance, qui est prête à servir ses propres objectifs et ceux de la Syrie, de l’Iran et de la Russie.

Daech est défait et al-Qaeda est au pied du mur en Syrie et en Irak : la politique étrangère des USA ranimera l’extrémisme

(AP Photo/Bilal Fawzi)

Publié ici:  … via

Par Elijah J. Magnier: 

Traduction : Daniel G.

Le groupe armé « État islamique » (Daech) a été défait en Irak et en Syrie, même s’il reste quelques poches de résistance tactique. De plus, à la suite de la décision de la communauté internationale et des autres pays de la région de mettre fin à la guerre en Syrie, al‑Qaeda est rongé par des querelles intestines tout en reconnaissant sa défaite ainsi que l’impossibilité d’un changement de régime en Syrie et d’une partition de l’Irak. A-t-on mis fin une fois pour toutes à l’extrémisme sanglant qui a frappé le Moyen-Orient? Est-ce possible que les organisations terroristes se donnent une nouvelle image ou qu’elles récupèrent avant de frapper de nouveau?

Al-Qaeda a trouvé un terrain fertile en Afghanistan quand l’occupation russe a pris fin dans les années 1980. Le groupe a alors connu sa « période de gloire » jusque dans les années 2000, en s’en prenant à divers objectifs américains et aux bases des USA. L’invasion de l’Irak par les USA en 2003 et la présence de dizaines de milliers de soldats américains sur place en Mésopotamie offrait un cadre idéal, après l’Afghanistan, pour la prolifération d’extrémistes djihadistes au Moyen-Orient.

Al-Qaeda en Irak s’est métamorphosé en une organisation plus meurtrière et sanguinaire (Daech) après le début de la guerre imposée à la Syrie, en occupant la moitié de ce pays et le tiers de l’Irak. C’est alors que Daech est né, sous la direction d’Abou Bakr al-Baghdadi, l’un des diplômés (arrêtés pour ensuite être libérés) de « l’Université djihadiste » du camp Bucca, un centre de détention des USA.

Baghdadi est devenu le maître de l’Ijtihad en légalisant le pillage, en massacrant d’autres musulmans et des non-musulmans, et en réintroduisant le marché aux esclaves. Grâce à son système de communication ultra perfectionné et son utilisation des médias sociaux, son groupe a réussi à attirer des recrues de la Palestine, du Liban, de la Jordanie, de l’Égypte, de l’Irak, de la Syrie, du Koweït, du Bahreïn, de l’Arabie saoudite, de la Libye, de la Tunisie, de l’Algérie, de la Mauritanie, du Yémen, de l’Afrique et de bien des pays européens et des quatre coins du monde. Certains se sont ralliés pour l’argent, l’aventure, un endroit où rester ou un mariage facile; d’autres ont suivi un parent ou ami; d’autres encore avaient épousé la cause et voulaient vivre dans un « califat islamique prospère ». Les appels de Baghdadi, lancés au moyen d’outils de communication de pointe, ont rejoint aussi bien les intellectuels que les non-intellectuels. Ils lui ont répondu positivement, en formant le plus grand rassemblement de gens prêts à s’engager dans le djihad de l’histoire moderne.

Les frontières étaient ouvertes pour qui voulait rejoindre le « djihad » à partir de la Turquie, de la Jordanie, de l’Arabie saoudite et du Liban, et pour permettre au groupe armé d’échanger des biens, du pétrole et des armes. Tous les tabous ont été levés en faveur d’une seule cause : un changement de régime en Syrie.

Quel était le plan? Remplacer le gouvernement laïque du président syrien par un émirat ou un État islamique? Installer un « État islamique » de facto, avec peu d’expérience en gouvernance et aucun allié sérieux, afin d’expulser la Russie de la base navale de Tartous (en vertu d’un accord conclu avec la Syrie en 1971, la Russie loue les installations de Tartous en échange de l’annulation de plusieurs milliards de dollars de dettes) et de protéger Israël contre « l’axe de la résistance »? Ce pourrait bien être la seule possibilité plausible à la lumière de la décision américaine de considérer unilatéralement Jérusalem comme la « capitale d’Israël », tout en menaçant quiconque se dresse sur le chemin. Cela explique aussi pourquoi l’Arabie saoudite voulait tant voir l’Iran et Assad perdre la guerre au profit de ces extrémistes, que le royaume avait envoyés et financés à coup de milliards de dollars pour qu’ils remportent la victoire et s’installent à la frontière d’Israël.

Le plan des USA, des l’UE, de l’Arabie saoudite, du Qatar, de la Turquie et d’Israël a échoué en Syrie, car la victoire est allée à l’Iran, à la Russie et au Hezbollah. Mais les djihadistes takfiris vont-ils disparaître? Malheureusement, la réponse est « non ». Baghdadi n’a pas inventé un nouvel Islam, car sa source d’inspiration provient d’ouvrages se trouvant dans la plupart des bibliothèques islamiques du monde, qui invitent les lecteurs à tuer d’autres musulmans et des non-musulmans conformément à une interprétation particulière du livre saint, le Coran, et des Hadiths. Comment pourrait-il en être autrement? Des livres appelant à un discours de haine, au meurtre et à l’intolérance d’autrui continuent d’être largement distribués. Citons, parmi tant d’autres, « Millat Ibrahim », par Abou Mohammad al-Maqdisi; « Gestion de la barbarie », par Abou Bakr Naji; Jalons sur la route de l’Islam, par Sayed Qutb; Kitab al-tawhid, par Muhammad bin Abdel-Wahab; Fusul fil-Imama wal-Bay’a, par Abou Munzer al-Sharqiqi; Masael fi Fikh al-Jihad, par Abou Abdallah al-Muhajer; Maalem al-taifa al-Mansura, par Maysara al-Ghareeb; Rafa’ al-Iltibas, par Mohamad Al-Atibi; Fatawa Ibyn Taymiyah, Kitab al-Tawhid et Kitab al-kabaer, par Mohamad Ben Abdel Wahhab.

Il est vrai que les djihadistes sont en train de perdre le Levant et la Mésopotamie. Mais ils demeurent actifs dans le Sinaï (Égypte), en Afghanistan, au Yémen, en Somalie, au Nigeria et en Asie. Tuer des djihadistes n’est pas difficile. Sauf que leur idéologie est bien vivante et peut conquérir n’importe quelle ville. Ses outils et ses idées largement répandus peuvent convertir un être humain pacifique en une bête chassant d’autres êtres humains pour les tuer. De plus, la politique étrangère provocatrice des USA est l’une des principales sources de motivation permettant à cette idéologie de continuer d’exister. Apparemment, les USA n’apprennent pas de leurs erreurs. Occuper d’autres territoires signifie que tôt ou tard, les armes se retourneront contre leurs intérêts et ceux des États qui lui sont associés, et ce, partout dans le monde.

Ces dernières années, la politique étrangère des USA n’est qu’une suite d’échecs lamentables :

  • L’échec de la partition de l’Irak à la suite du référendum du Kurdistan a affaibli les USA et Israël.
  • La lutte entre l’Arabie saoudite et le Qatar a renforcé l’Iran et affaibli l’Arabie saoudite, un des alliés indéfectibles des USA.
  • La montée de Daech en Irak a permis la création des Hachd al-Chaabi (Unités de Mobilisation Populaire) et a donné plus de pouvoir à l’Iran et au Hezbollah en Syrie.
  • Le Hezbollah est devenu une force régionale qui menace Israël ainsi que les intérêts et les partenaires des USA au Moyen-Orient.
  • La politique étrangère des USA en Ukraine visant à élargir l’OTAN et son manque de volonté à éliminer Daech en Syrie et en Irak ont amené la Russie à entrer dans le jeu et à gruger une partie de la sphère de contrôle et d’influence des USA au Moyen-Orient.
  • Le président Assad est devenu plus fort qu’avant la guerre, car il est prêt à subir des pertes et à s’en prendre à Israël s’il le faut.
  • Le coup d’État raté en Turquie a éloigné ce pays des USA et l’a rapproché de la Russie et de l’Iran. Erdogan est même prêt à revoir Assad et à mettre leurs différends de côté.
  • L’enlèvement par l’Arabie saoudite du premier ministre libanais Saad Hariri a miné les relations du royaume avec de nombreux sunnites au Liban, en plus de rapprocher le pro-saoudien Hariri du Hezbollah.
  • Au Yémen, on se souviendra d’Ali Abdallah Saleh comme celui qui a trahi les Houthis et qui a été tué par les alliés de l’Iran en tentant de s’échapper.
  • Enfin, les USA sont devenus persona non grata dans le processus de paix palestinien à la suite de la décision de Trump de reconnaître la capitale de la Palestine comme la capitale d’Israël. Pour l’Iran et le Hezbollah, la décision de Trump était une véritable manne tombée du ciel après les dommages infligés par Daech, car il a ramené la cause palestinienne sur le devant de la scène. Même si Israël occupait déjà Jérusalem et creusait sous la ville et ses lieux saints, la décision explicite des USA a fait tourner la boussole de tous les djihadistes vers Israël et a rallié la plupart des Arabes derrière une cause, même s’ils n’y croient pas tous.

Depuis que le président Trump est au pouvoir, son alliance particulaire avec l’Arabie saoudite a fait en sorte que « l’ennemi Israélien » s’est transformé en « l’ennemi Iranien ». N’empêche que sa tentative ratée a eu l’effet contraire : le prestige saoudien est réduit à néant pendant que l’influence de l’Iran au Moyen-Orient progresse au rythme de l’éclair, grâce au leader de la révolution, Sayed Ali Khamenei, âgé de 78 ans, et qui dirige depuis 29 ans. Khamenei sème la crainte dans les cœurs de ses ennemis et reçoit le soutien de son peuple chaque fois qu’il prend la parole. Un simple geste ou une prise de position politique lui suffit pour que les Iraniens lui obéissent. Il siège au-dessus d’une structure dirigeante solide, sans égard aux désirs pris pour des réalités de l’Occident qui s’imagine sans cesse la chute de la République islamique. Khamenei a entraîné son pays vers de nouveaux horizons aux ramifications solides au Liban, en Syrie, en Irak, au Yémen et en Afghanistan. Une grande partie du mérite en revient au cafouillage de la politique étrangère américaine.

Il semble que les USA sont devenus des experts dans l’art de transformer les victoires en défaites.

ISIS defeated in Syria and Iraq and al-Qaeda cornered: US foreign policy will re-ignite extremism

(AP Photo/Bilal Fawzi)

Published here:  via

23 December 2017

By Elijah J. Magnier – @ejmalrai

“Islamic State” (ISIS) has been defeated in Iraq and Syria, regardless of the presence of a few tactical remaining pockets. Moreover, following the decision of the international community and the other countries in the region to end the war in Syria, al-Qaeda is facing infighting and at the same time acknowledging their defeat and accepting the impossibility of changing the regime in Syria and of splitting Iraq. Does this mean the bloody extremism that hit the Middle East is over and won’t ever return? Is it possible for terrorist organisations to rebrand themselves or regain control to hit back again?

Al-Qaeda found a fertile ground in Afghanistan following the end of the Russian occupation in the 80s. It enjoyed a “resplendent golden era” until the 2000s, attacking various US objectives and bases in the Middle East. The 2003 US invasion of Iraq and the presence of tens of thousands of American soldiers on the ground in Mesopotamia offered a perfect setting, after Afghanistan, for the proliferation of jihadist extremists in the Middle East.

Al-Qaeda in Iraq metamorphosed into that more lethal and blood-thirsty organisation (ISIS) following the war imposed on Syria, occupying half of the country and a third of Iraq. It became known as ISIS, led by Abu Bakr al-Baghdadi, one of many who graduated (arrested and later released) from the US “Jihadist University” at Buca detention camp.

Baghdadi became the master of Ijtihad, legalising looting, slaughtering of other Muslims and non-Muslims, raping, and reintroducing the slavery market. Through its highly sophisticated communication system and the use of social media, his group managed to attract recruits from Palestine, Lebanon, Jordan, Egypt, Iraq, Syria, Kuwait, Bahrein, Saudi Arabia, Libya, Tunisia, Algeria, Mauritania, Yemen, Africa, plus many Europeans and others from all corners of the globe. These were joining for money, adventure, looking for a home, for an easy marriage, following a relative or a friend; others were convinced by the cause, and eager to live in a “prosperous Islamic Caliphate”.

Baghdadi blended with his call, and with advanced communication tools, intellectuals and non-intellectuals alike. They responded to him positively, creating the largest gathering of those willing to embark on the Jihad ever seen in modern days. Borders were open to ISIS via Turkey, Jordan, Saudi Arabia and Lebanon for all those willing to join the “Jihad” and for his group to exchange commerce, oil, and weapons. All taboos were lifted in favour of one cause: changing the Syrian regime.

What was the plan? To replace the Syrian President’s secular governance with an Islamic Emirates or State? Was it to install some de-facto “Islamic State” with little governance experience and no serious allies and easy to defeat, to expel Russia from Tartus naval base (under a 1971 deal with Syria, Russia has leased the Tartus facility as part of a multi-billion-dollar debt write-off) and protect Israel from the “Axis of the Resistance”? That may be the only plausible possibility since we are observing today the US decision to occupy a quarter of the Syrian territory and unilaterally consider Jerusalem as the “Capital of Israel”, threatening all those who stand in the way. It also explains why Saudi Arabia was eagerly willing to see Iran and Assad lose the war to the benefit of those extremists sent by its Kingdom and financed with billions of dollars to win and to stay camped on Israel’s borders.

The US-EU-Saudi-Qatar-Turkish-Israeli plan has failed and Syria, Iran, Russia and Hezbollah won. But are Takfiri jihadists going to disappear? The answer is simply and sadly “no!”. Baghdadi didn’t invent a new Islam, his source of inspiration derives from books available in most Islamic libraries worldwide, inviting readers to kill other Muslims and non-Muslims according to a specific interpretation of the holy book, the Quran, and the HadithIn fact, how can these Takfiri vanish when books calling for hate speech and the killing and intolerance of other continue to be widely available. To name but a few: ‘Millat Ibrahim’ by Abu Mohammad al-Maqdisi; the ‘Management of savagery’ by Abu Bakr Naji; Ma’alim fi al-tariq by Sayyid Qutb; Kitab al-tawhid by Muhammad bin Abdel-Wahab; Fusul fil-Imama wal-Bay’a by Abu Munser al-Sharqiqi; Masael fi Fikh al-Jihad by Abu Abdallah al-Muhajer; Maalem al-taifa al-Mansura by Maysara al-Ghareeb; Rafa’ al-Iltibas by Mohamad Al-Atibi; Fatawi Ibyn Taymiyah, Kitab al-Tawhid and Kitab al-kabaer by Mohamad bin Abdel Wahhab; and many more…

It is true that Jihadists are surely losing the Levant and Mesopotamia. Nevertheless, they operate in Sinai (Egypt), Afghanistan, Yemen, Somalia, Nigeria and Asia. Killing jihadists is not difficult. However, the ideology remains alive and can damage any and every city: the tools and ideas are widely available which convert a peaceful human being into a beast hunting other men to kill. Moreover, the US’s foreign policy is one of the most provocative incentives for this ideology to continue existing. The US apparently cannot learn from its mistakes; occupying other territories means that, sooner or later, guns are focussed on its interests and against other associated states, worldwide.

US foreign policy has been a total failure in recent years:

  • the failure of the partition of Iraq through the Kurdistan referendum weakened the US and Israel.
  • The struggle between Saudi Arabia and Qatar gave more strength to Iran and weakened Saudi Arabia, one of US blind allies.
  • The growth of ISIS in Iraq created al-Hashd al-Sha’bi (Popular Mobilisation Units), and gave more power to Iran and to Hezbollah in Syria.
  • Hezbollah became a regional force threatening Israel and also the US interests and partners in the Middle East.
  • The US Foreign Policy in Ukraine that was aiming to enlarge NATO and its negligence in eliminating ISIS in Syria and Iraq allowed Russia to move in and bite off a chunk of the US area of control and influence in the Middle East.
  • President Assad has become stronger than ever before the war, willing to face losses and to confront Israel if necessary.
  • The failed Turkish coup d’état pushed Turkey away from the US and closer to Russia and Iran: Erdogan is even willing to meet Assad again and put their differences behind them.
  • The Saudi kidnapping of the Lebanese Prime Minister Saad Hariri damaged the Kingdom relationship with many of the Sunni in Lebanon and moved the pro-Saudi Hariri closer to Hezbollah.
  • In Yemen, Ali Abdallah Saleh will be remembered as the one who betrayed the Houthis, and was killed at the hands of Iran’s allies while escaping.
  • And finally, the US has become an unwelcome partner in the Palestinian peace process following Trump’s decision to recognise the Palestinian Capital as the Capital of Israel. Trump fell as manna to Iran and Hezbollah when he pushed the Palestinian cause back into the limelight after the damage it had received from ISIS in recent years. Even if Israel was occupying Jerusalem and was digging under the city and its holy places, the US overt decision turned the compass of all jihadists towards Israel and united most of the Arabs behind one cause, even if not all totally believe in it.

Since President Trump is in power his awkward alliance with Saudi Arabia, the “Israeli enemy” has been replaced with the “Iranian enemy”. Nevertheless, this failed attempt has created a counter effect, where Saudi prestige is hitting rock bottom, whilst Iran’s influence in the Middle East is growing at the speed of light, a country that has been guided for 29 years by a 78-year-old, Sayyed Ali Khamenei.

Khamenei triggers fear in the hearts of his enemies and enjoys the support of his own people every time he speaks. He – with a simple gesture or by taking a political position – is obeyed by the Iranians and is sitting on top of a solid ruling structure regardless of the endless western wishful thinking imagining the overthrow of his Islamic Republic. Khamenei has moved his country towards new horizons with solid ramifications in Lebanon, Syria, Iraq, Yemen and Afghanistan: much of the credit for this must go to the US’s bumbling foreign policy.

It seems the US has become expert in grabbing defeat from the jaws of victory.

Yasser Arafat’s words restore the initiative towards Jerusalem and Russia has made agreements with “everyone”

 

By Elijah J. Magnier: @ejmalrai

The Middle East is preparing for a new “clash” involving Israel and the United States following President Donald Trump’s decision to declare Jerusalem the capital of Israel. This time, however, a new resistance is about to be formed, united by the words of the late Palestinian leader Yasser Arafat, but this time, these words are pronounced by Hezbollah Secretary General Sayyed Hassan Nasrallah: “To Jerusalem we are marching, martyrs by the millions”.

Trump’s decision clearly rebuffed the peace talks between Palestinians and Israelis, taking a clear position and denying the historical belonging of the Capital of Palestine. Nasrallah’s words came on the eve of the summit of the Organization of the Islamic Conference only few Islamic and Arab state leaders were present)  that was held in Istanbul on Wednesday, to deal with the new, upcoming situation in Palestine, following the end of the “Islamic State” (ISIS) tsunami. The phenomenon of ISIS spread death and caused millions of persons to be displaced in the Middle East, following long years of war in Iraq and Syria.

Iraq has ended the occupation of ISIS since 2014 of one third of its territory and declared total victory. Even handily, in nearby Syria, the Russian President Vladimir Putin announced “mission accomplished” from Hmeymeem Russian base, on the Syrian coast. Putin repeated the very same words that had been written on a huge panel behind Georges Bush when, in 2003, he declared the victory of the US forces occupying Iraq. Nevertheless, for the US in Iraq, the mission was very far from accomplished.

Russia imposed areas of non-engagement and de-escalation in various Syrian cities to stop the war and allow peaceful negotiation to take place. It has agreed with the United States to give it the “right of presence” east of the Euphrates River, and agreed with Turkey on its presence in the north of the country as a buffer zone preventing a Kurdish state and becoming the protector of the northern city of Idlib.

Moreover, in the south of Syria, Israel has understood that Moscow would not be part of the conflict involving the “axis of the resistance” (Syria – Iran – Hezbollah) and will not offer air support to the Syrian army and its allies if these are planning to progress in the direction of the borders, because this is a Syrian sovereign affair. Also, Putin rejected categorically any European or American call to remove the Syrian President Bashar al-Assad. The international community has had to bow to Moscow’s determination to support its ally in Syria.

In two-and-a-half years, Russia achieved its goals: it had never imagined breaking into the world arena in such a way from the Bilad al-Sham Gate. Moscow made a gigantic return as a real superpower, much more powerful than in the last three decades, taking intelligent advantage of ‘Uncle Sam’s foreign policy mistakes’. America abandoned its allies in Syria and almost lost its Turkish ally. All the US was able to do was to stop the military operations east of the Euphrates River, preventing the Syrian Army and its allies from crossing towards the then ISIS controlled area.

Actually, the US has not only declared itself as an unwanted occupation force in north-eastern Syria, it is acting as a protective force for what remains of ISIS east of the Euphrates. This is an area in which ISIS seems to operate freely as long as its guns are aimed at the Syrian army and its allies, rather than towards the US and its “temporary allies”, the Kurds of al-Hasakah.

Syria’s allies are expected to reduce their military presence by more than half in Syria since the military confrontation is now confined to areas in al-Badia (Syria’s steppe), rural Hama, Deraa and its countryside and around the Syrian-Israeli border. This means that the danger against the capital, Damascus, and the Syrian cities controlled by the government has been removed. Limited clashes, assassinations, car bombs, or unexpected raids are possible here and there, causing damage without any strategic gain to the insurgents.

In the midst of the new situation and the significant reduction in the pace of war, everyone has been wondering about the fate of the thousands of Hezbollah fighters who have contributed to help restore keeping the Syrian government in place. Without a specific military objective, these militants are likely to return to Lebanon and maintain a high level of military readiness in order to prevent Israel from attacking Lebanon.

So, President Trump launched his ‘political bomb’ towards the Arab world, thinking that no one country would bother to support the Palestinian cause. Analysts and the media also wrongly believed that the Palestinian cause was now history. Trump has contributed a boost to the “axis of the Resistance” and allowed more incomers to join its new cause. As has been the case in these last years, Iran does not need to have a complex strategy in the Middle East to prevail: the mistakes of others themselves (US and Saudi Arabia on top of the list) provide rewards, gains, and increased influence.

Actually, Trump has now offered new opportunities, on a golden plate, to restore Iran and Hezbollah’s image, which they may have damaged during the long Arab world Syrian war. Thousands of jihadists and militants were killed on the battle field where opposite ideologies met and fought for death or victory. This deep wound seems not impossible to put behind today because there is a new cause.

Jerusalem has become the hot cause carried by Sayyed Hassan Nasrallah. He is using the words of Yasser Arafat to tickle the feeling of Arabs and especially Palestinians of all religions. Nasrallah is embarrassing all those, mainly Saudi Arabia, Bahrein and the United Arab Emirates, who are lagging behind or supporting Trump or not willing to stand by Jerusalem. Those countries believed it was possible to twist the Palestinians’ arms, they who fought in Syria against Damascus and that Palestinians will be left orphans by country and group in the Middle East, including the “axis of the Resistance”.

In fact, Iran has taken a Trump-like arrogant step. The commander of the Revolutionary Guard Corps – Jerusalem Brigade – General Qassim Soleimani, (responsible for the liberation of Jerusalem and the support of liberation movements throughout the world) has come forward to stand with Palestine. Soleimani declared his absolute military support for the “Al-Quds Brigades” of the “Palestinian Islamic Jihad” and the “Qassam Brigades” of Hamas. Nasrallah also announced he wants a unified strategy with a joint plan and general solidarity of all (anti-US) ‘resistance groups’ to liberate Jerusalem. Remarkably, he also asked everyone to put differences aside (unwittingly not excluding jihadist movements) to move towards this new goal. And Turkish President Recep Tayyip Erdoğan did not hesitate for a moment to take the initiative to restore his Islamic leadership, damaged by the way he intervened in the Syrian war. The Turkish President is carrying the banner of Jerusalem again, reinstating some of the spark that he has lost in the past years and stealing the lead from Saudi Arabia.

Jerusalem is becoming the new compass of jihadists and on al-Quds’ walls belligerent groups are expected to erase or postpone their infighting and join efforts to force Donald Trump to revoke his decision. Otherwise, a third intifada may be on its way to bring back Palestine to the forefront of events.

 

 

Des paroles prononcées par Yasser Arafat relancent l’initiative envers Jérusalem et La Russie conclu des accords avec « tout le monde »

 

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

Le Moyen-Orient se prépare en vue d’un nouvel « affrontement » impliquant Israël et les États-Unis, à la suite de la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël. Sauf que cette fois-ci, une nouvelle résistance prend forme, unie par les paroles prononcées par le défunt leader palestinien Yasser Arafat, que le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a répétées : « Sur Jérusalem nous marcherons, martyrs par millions ».

La décision de Trump est clairement un affront aux pourparlers de paix entre Palestiniens et Israéliens, car elle énonce une position claire qui nie l’appartenance historique de la capitale de la Palestine. Nasrallah a prononcé ces paroles la veille du sommet de l’Organisation de la conférence islamique à Istanbul où il a été question de la nouvelle situation qui se dessine en Palestine, maintenant que le tsunami causé par le groupe armé « État islamique » (Daech) s’est estompé. Ce tsunami a semé la mort et forcé le déplacement de millions de personnes au Moyen-Orient pendant toutes ces longues années de guerre en Irak et en Syrie.

L’Irak a mis fin à l’occupation du tiers de son territoire par Daech depuis 2014, en proclamant une victoire totale. En Syrie voisine, le président russe Vladimir Poutine s’est montré très habile en déclarant « mission accomplie » à la base russe de Hmeymeem, sur la côte syrienne. Poutine a répété les mots exacts qui avaient été écrits sur une immense banderole derrière George W. Bush en 2003, lorsqu’il a déclaré la victoire des forces américaines qui occupaient l’Irak. Sauf que la mission des USA en Irak était alors bien loin d’être accomplie.

La Russie a imposé des zones de non-engagement et de désescalade dans diverses villes syriennes pour mettre fin à la guerre et permettre de négocier la paix. Il a été convenu avec les États-Unis de leur accorder un « droit de présence » à l’est de l’Euphrate et de faire de même avec la Turquie au nord du pays, dans ce qui constitue une zone tampon pour empêcher la création d’un État kurde et assurer la protection de la ville d’Idlib.

Dans le sud de la Syrie, Israël a compris que Moscou ne s’engagera pas dans le conflit l’opposant à « l’axe de la résistance » (Syrie – Iran – Hezbollah) et qu’il n’offrira pas de soutien aérien à l’armée syrienne et à ses alliés s’ils comptent progresser en direction de la frontière, car c’est une question de souveraineté syrienne. Poutine a également rejeté catégoriquement tous les appels au retrait du président syrien Bachar al-Assad lancés par les Européens et les Américains. La communauté internationale a dû se plier devant la détermination de Moscou à soutenir son allié en Syrie.

La Russie a atteint ses objectifs en deux ans et demi. Jamais elle n’aurait cru revenir dans l’arène internationale d’une telle façon, en franchissant la porte du Bilad al-Cham. Moscou a fait un retour remarquable, à titre de superpuissance plus forte qu’au cours des trois dernières décennies, en tirant son épingle du jeu des « erreurs politiques de l’oncle Sam » de façon intelligente. Les USA ont abandonné leurs alliés en Syrie et presque perdu leur allié turc. Tout ce que les USA ont réussi à faire, c’est de stopper les opérations militaires à l’est de l’Euphrate, empêchant ainsi l’armée syrienne et ses alliés de traverser dans ce qui constituait alors un territoire sous la coupe de Daech.

En ce moment même, les USA ont non seulement annoncé qu’ils formaient dorénavant une force occupante indésirable au nord-est de la Syrie, mais assurent aussi la protection de ce qui reste des forces de Daech à l’est de l’Euphrate. Dans cette zone, Daech semble avoir le champ libre tant que ses armes sont pointées vers les forces syriennes et leurs alliés plutôt que vers les USA et leurs « alliés du moment » que sont les Kurdes d’Hassaké.

Les alliés de la Syrie devraient réduire leur présence militaire de plus de la moitié, puisque la confrontation armée est dorénavant confinée à des zones comme la badia (steppe syrienne), la région rurale de Hama, Deraa et ses environs et le long de la frontière syro-israélienne. Ce qui signifie que la menace qui planait sur Damas et les villes syriennes contrôlées par le gouvernement est maintenant levée. Des affrontements limités, des assassinats, des explosions de voitures piégées et des raids inattendus sont à prévoir ici et là, qui causeront des dommages sans toutefois permettre aux insurgés d’obtenir des gains stratégiques.

À la lumière de cette nouvelle situation et du ralentissement significatif de l’allure de la guerre, tous se demandent ce qu’il adviendra des milliers de combattants du Hezbollah qui ont contribué à maintenir le gouvernement syrien en place. En l’absence d’objectif militaire précis, ces militants vont probablement retourner au Liban et se tenir fins prêts militairement afin d’empêcher Israël d’attaquer le Liban.

Le président Trump a ainsi lancé sa « bombe politique » sur le monde arabe en croyant qu’aucun pays ne se donnerait la peine de soutenir la cause palestinienne. Les analystes et les médias ont également cru à tort que la cause palestinienne était chose du passé. Trump a contribué à donner encore plus de vigueur à « l’axe de la résistance » et à rallier encore plus de gens à sa nouvelle cause. Comme c’est le cas depuis quelques années, l’Iran n’a pas eu à élaborer de stratégies complexes pour sortir gagnant au Moyen-Orient : les erreurs des autres (à commencer par les USA et l’Arabie saoudite) lui procurent des récompenses, des gains et une influence accrue.

En fait, Trump vient d’offrir sur un plateau d’argent de nouvelles occasions de redorer le blason de l’Iran et du Hezbollah, qui s’était quelque peu terni dans le monde arabe durant la longue guerre syrienne. Des milliers de djihadistes et de militants ont été tués sur le champ de bataille, où se confrontaient des combattants aux idéologies opposées jusqu’à la mort ou la victoire. Il n’est pas impossible que cette blessure profonde soit laissée derrière, car il y a une nouvelle cause à défendre.

Jérusalem est devenue une cause décisive portée par Sayyed Hassan Nasrallah. Il a repris les paroles de Yasser Arafat pour aiguiser la sensibilité des Arabes, plus particulièrement des Palestiniens, toutes religions confondues. Nasrallah met dans l’embarras tous ceux qui, comme l’Arabie saoudite, le Bahreïn et les Émirats arabes unis, traînent la patte, soutiennent Trump ou refusent de prendre position à propos de Jérusalem. Ces pays qui se sont battus contre Damas en Syrie croyaient qu’il était possible de forcer la main aux Palestiniens, que ces mêmes Palestiniens seraient abandonnés comme des orphelins par tous les pays et groupes du Moyen-Orient, y compris « l’axe de la résistance ».

En fait, l’Iran a réagi d’une façon arrogante, à la manière de Trump. Le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (Brigade de Jérusalem ), le général Qassim Soleimani (qui est responsable de la libération de Jérusalem et du soutien aux mouvements de libération partout dans le monde) a pris position en faveur de la Palestine. Soleimani a annoncé son soutien militaire absolu aux « Brigades al-Qods » du « djihad islamique palestinien » et aux « Brigades d’Al-Qassam » du Hamas. Nasrallah a également annoncé qu’il voulait adopter une stratégie unifiée assortie d’un plan commun qui jouirait d’une solidarité générale de tous les « groupes de la résistance » (anti-USA) en vue de libérer Jérusalem. Fait remarquable, il a appelé tout le monde à mettre leurs différences de côté (sans exclure involontairement les mouvements djihadistes) pour progresser vers ce nouvel objectif. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan n’a pas hésité non plus à reprendre l’initiative dans le monde islamique, lui qui avait perdu des plumes en intervenant dans la guerre syrienne. Le président turc brandit de nouveau la bannière de Jérusalem, en retrouvant une partie de son lustre d’antan et en coupant l’herbe sous le pied de l’Arabie saoudite.

Les murs d’Al-Qods sont en train de devenir le nouveau point de ralliement des djihadistes. L’on s’attend à ce que les groupes belligérants oublient ou remettent à plus tard leurs luttes intestines, en joignant leurs efforts pour obliger Trump à revenir sur sa décision. Faute de quoi une troisième intifada pourrait se profiler, ce qui ne manquera pas de remettre la Palestine au cœur de l’actualité.

 

 

Lettre de Qassem Soleimani aux USA : Quittez la Syrie, sinon! Hassaké 2018, une répétition de Beyrouth 1983?

Publié ici: 

Par Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

Des sources bien informées affirment que le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique, le brigadier général Haj Qassem Soleimani, a transmis, par l’entremise de la Russie, une missive verbale à l’intention du commandant en chef des forces américaines en Syrie, lui conseillant de retirer ses troupes jusqu’au dernier soldat, « sans quoi les portes de l’enfer s’ouvriront ».

« Mon message au commandement militaire américain est le suivant : quand la lutte contre Daech (le groupe armé État islamique) prendra fin, la présence d’aucun soldat américain ne sera tolérée en Syrie. Je vous conseille de partir de votre propre chef, sans quoi vous serez forcés de le faire », a déclaré Soleimani à un officier russe. Soleimani a demandé au Russe responsable d’exposer la position iranienne à l’endroit des USA : leurs troupes seront considérées comme une armée d’occupation s’ils décident de rester dans le nord-est de la Syrie, où des Kurdes et des Arabes cohabitent.

Les Russes ne s’opposent pas à la présence américaine et peuvent s’adapter une fois établies des lignes de démarcation pour éviter tout conflit. Mais l’Iran a une position claire et ne veut pas laisser le président syrien seul face aux forces armées américaines si elles restent sur place.

La lettre de Soleimani aux USA énonce clairement la promesse de « mesures surprises » contre les USA : « Vous serez confrontés à des soldats et à des forces que vous n’avez jamais connus jusqu’ici en Syrie et vous quitterez le pays tôt ou tard. »

La Russie a transmis aux USA l’intention de l’Iran de rester en Syrie tant que le président Assad le voudra, lui qui affirme avec force sa volonté de libérer l’ensemble du territoire de toutes les forces armées sans exception. La Russie a confirmé aux USA qu’elle n’avait pas l’intention d’accorder un soutien aérien à l’Iran et à ses alliés en cas d’attaque contre les forces américaines. Du point de vue de la Russie, le conflit entre l’Iran et les USA ne la concerne pas et n’est pas au centre de ses préoccupations.

Mike Pompeo, le directeur de l’agence centrale de renseignement des USA, a dit la semaine dernière qu’il a envoyé une lettre à Soleimani, pour exprimer ses inquiétudes au sujet de l’intention de l’Iran de s’en prendre aux intérêts américains et « qu’il tiendra Soleimani et l’Iran responsables de toute attaque en Irak ».

Mohammad Mohammadi Golpayegani, un des principaux adjoints du grand ayatollah Ali Khamenei, a confirmé que Pompeo a tenté de remettre une lettre, en précisant que « Soleimani a refusé de la lire ou de la prendre parce qu’il n’avait rien d’autre à ajouter ».

Des sources dans la région affirment qu’il se pourrait que les groupes kurdes actifs à Hassaké et fidèles au gouvernement de Damas deviennent le fer de lance des combats contre les forces américaines. Bon nombre de ces groupes sont demeurés loyaux à la Syrie. Ils rejettent toute présence d’une force occupante sur leurs terres et toute partition du pays.

Hassaké 2018 n’est pas sans rappeler les événements de 1983, lorsque des centaines de « marines » américains et de parachutistes français ont été tués à la suite du double attentat suicide perpétré par des islamistes à Beyrouth. La force multinationale était considérée comme hostile et non comme une force de maintien de la paix et a été poussée à quitter le Liban à la hâte à la suite de cette attaque. L’avenir pourrait bien reproduire ces événements passés.