Monthly Archives: September 2017

The Kurdish referendum has reshuffled alliances in the Middle East Turkey won’t impose economic sanctions: The role of Ankara,Tehran

 

Published here: http://alrai.li/5lwd8hs

Erbil by Elijah J. Magnier – @ejmalrai

High-ranking sources in Kurdistan (Erbil) said that the Kurdish leader Masoud Barzani “expected the sanctions already announced by Baghdad and many more sanctions to come in the future”. Nevertheless, “the referendum was an essential step to undertake”, otherwise Barzani would no longer be considered the Kurdish leader.

“We are not afraid of Turkish sanctions because Ankara would lose more than it will gain if the common borders are closed. The Turkish representative promised us (months before the referendum) that harsh political measures will be adopted against Kurdistan but that no economic sanctions would be seriously considered. After all – he said – it is up to Turkey to stop sending its oil tankers to recover our oil production at a cheap price if (the Turkish President Recep Tayyib) Erdogan considers it a practical move within his own economy”, said the source.

The Erbil leadership knows that the Kurds lived through hunger and genocide throughout the years, sometimes living in the mountains for decades. Therefore, although any threat to their existence won’t be taken lightly, it cannot affect the process of independence that has been put on their desired track. The Kurdish leaders agree to allow Baghdad to control airports (Erbil and Suleymaniyeh) – as requested by Prime Minister Haidar Abadi – and would like to re-establish good neighbour relationships with all surrounding countries, particularly since the declaration of independence may require two or three years to put into concrete effect.

The 1800 km long borders between Kurdistan and the rest of Iraq will force Erbil to send more Peshmerga troops to reinforce its security all along its borders and especially in disputed areas. However, for many countries the referendum has created embarrassment and reshuffled many of the alliances in the Middle East: the implications of this have yet to be considered.

It is Turkey that will be holding the key to the success or failure of a new “state” in the Middle East: Iraqi Kurdistan.

Turkey, its role in recent history in Syria and Iraq:

-Turkey supported the uprising of Sunni tribes in 2014 when these metamorphosed into the “Islamic State” (ISIS) terror group. Ankara didn’t ask its consulate diplomat to abandon the diplomatic mission, and so the diplomatic staff became prisoners in ISIS’s hands, to be later exchanged with hundreds of mujahedeen and their families held by Turkey.

-Ankara allowed the Iraqi Peshmerga to cross its territory into Syria to help the YPG (the Syrian branch of Turkey’s most sworn enemy: the PKK) and recover Ain al-Arab (Kobane) from ISIS in north of Syria.

-Turkey opened its borders to Jihadists from al-Qaeda and ISIS under the excuse of “bringing down the Syrian regime of Bashar al-Assad”.

-Turkey brought down a Russian jet while bombing jihadists along the Syrian borders, pushing Moscow to heavily engage in the Syrian war and give the upper hand to Assad.

-Turkey allowed al-Qaeda and the foreign fighters of the Turkistani group to occupy the bordering city of Kessab. The city was later recovered but Ankara created another military balance by expulsing from its territory thousands of members of al-Qaeda who then occupied the city of Idlib, today the centre of al-Qaeda in Syria (also known as Hay’at Tahrir al-Sham).

-Turkey asked its Syrian proxy to pull out of the city of Aleppo, rendering its liberation easier and less costly for the Syrian Army and its allies, which marked a real turning point in the war in Syria.

-Turkey joined the de-confliction negotiation in Astana (Kazakhstan) after reconciliation with Moscow and the return to normal relations between both countries.

-Turkey moved its forces into Syria to stop the creation of a Kurdish “state” known as “Rojava” (from al-Hasaka to Efrin) and disrupted a Kurdish Syrian access to the Mediterranean that could have been also used in the future for the Iraqi Kurds in case of sanctions against Iraqi Kurdistan.

-Turkey considered Iran a “terrorist state sponsor” but kept its diplomatic relationship with Tehran. Ankara increased economic exchanges and fully collaborated with Iran in Astana as partners and guarantors in Syria.

-Ankara did not hesitate to support the Iraqi Kurds in order to enjoy economic advantages, and to keep its forces in the north of Iraq. Despite many attempts by Baghdad to remove the Turkish troops, Ankara rejected all demands and hid behind “the Kurdistan request” so as to maintain several hundreds of officers and soldiers in Iraq.

-Turkey is not expected to implement any economic sanctions against Erbil despite Erdogan screaming, “the Kurds will go hungry”. There is no doubt the Turkish officials will continue launching menace after menace against Barzani but doubt remains about their action (economic sanctions and the cessation of oil purchase) against Erbil.

To sum it up: President Erdogan declared war on the Syrian Kurds but prevented them from losing Kobane; declared war on Assad but supported him to recover Aleppo; declared war on terrorism but allowed ISIS and al-Qaeda to enjoy all support from Turkey and bought oil from ISIS; threatened the Iraqi Kurds but still bought their oil- and kept its hundreds of trucks queuing up on their borders; promised to keep al-Qaeda under control in Idlib during the last Astana meeting, but allowed these to carry out more military offensives afterwards.

It is obvious that the Iraqi Kurds are aware of Ankara’s unstable and continuous changing of policy, very confident that any other measures by surrounding countries (Iraq and Iran) can be easily overcome in the future, as long as Erdogan is offering alternatives. The cost is that the Iraqi Kurds fall into Ankara’s hands and control, but it looks like Barzani is happy with this outcome; as long as he has his new state, pushing its place onto the Middle Eastern map, right in the middle.

Iran and Iraq:

The Kurdish referendum pushed Iraq into the arms of Iran when the relationship between the Iraqi Prime Minister HaidarAbadi and the Iranian officials was at its lowest level. Today Abadi (and most Iraqis) sees in Iran the only sincere partner to count on, and can rely on the Iranian Army and Revolutionary Guards Corps (IRGC) in the case of any military escalation against Kurdistan, particularly in the disputed Iraqi cities, with Kirkuk at the top of the list.

Baghdad is confident that Barzani didn’t take this step without a blessing from the Americans, expected to become more visible in the coming months, according to Iraqi officials in the Iraqi capital. It seems Washington decided to swap its relationship with Baghdad with that of Erbil because, apparently, it won’t be able to support both at the same time.

Supporting Erbil is more attractive to the US and its regional allies (particularly Saudi Arabia), in the hope that the Kurdish Iraqi move would trigger the appetite of the Kurdish Iranians (and the Syrian Kurds who are already on this same path). If this happens and we observe an uprising in Iran (the Saudis already promised to support any unrest in Iran), the Iranian economy and that of the government of Baghdad will be both under severe pressure.

Iran supported Barzani in 2014 and provided him with weapons (at a time when the US was denying any support to Iraq, during the 6 months after the fall of Mosul in 2014), but it is today in an undeclared war against Erbil, fully behind Baghdad’s measures and supporting future escalation and punitive steps.

No one can wind back the clock to before the Kurdish referendum. However, it is still possible for Barzani to avoid contributing further mess to this hectic Middle East. He could indeed consider all these issues as an unnecessary concern- similar to a storm in a teacup. Unfortunately, it seems the Kurdish leader is determined to continue his path, denying any immediate independence intention, yet without excluding it.

 

 

 

Le référendum kurde bouleverse les alliances au Moyen-Orient. La Turquie n’imposera pas de sanctions économiques.

Publié ici:  http://alrai.li/5lwd8hs

Erbil by Elijah J. Magnier – @ejmalrai

 

Traduction : Daniel G.

Des sources haut placées au Kurdistan (Erbil) ont dit que le dirigeant kurde Massoud Barzani « s’attendait aux sanctions déjà annoncées par Bagdad et est convaincu que bien d’autres vont suivre ». Malgré tout, « le référendum était une étape essentielle à franchir », sans quoi Barzani n’aurait plus été considéré comme le dirigeant kurde.

« Les sanctions turques ne nous font pas peur, parce qu’Ankara aurait plus à perdre qu’à gagner si la frontière commune était fermée. Le représentant turc nous a promis (des mois avant le référendum) que des mesures politiques très dures seront adoptées contre le Kurdistan, mais qu’aucune sanction économique ne serait sérieusement envisagée. Après tout, c’est la Turquie qui doit cesser d’envoyer ses camions-citernes pour récupérer notre production pétrolière à bas prix, si (le président turc RecepTayyib) Erdogan juge que c’est une mesure pratique pour sa propre économie », a fait valoir la source.

Les dirigeants à Erbil savent que les Kurdes ont connu la faim et le génocide au fil des ans, en vivant parfois dans les montagnes pendant des décennies. Par conséquent, sans prendre à la légère toute menace à leur existence, rien ne peut nuire au processus menant à l’indépendance qui s’est placé dans la trajectoire voulue. Les dirigeants kurdes acceptent de laisser à Bagdad le contrôle des aéroports (Erbil and Souleimaniye), comme l’a demandé le premier ministre Haidar Abadi, et souhaitent rétablir de bonnes relations de voisinage avec tous les pays limitrophes, d’autant plus que deux ou trois ans pourraient s’écouler avant que la déclaration d’indépendance ne prenne véritablement effet.

Les 1 800 km de frontière entre le Kurdistan et le reste de l’Irak obligeront Erbil à envoyer plus de Peshmergas pour renforcer sa sécurité tout au long de cette frontière, surtout dans les zones litigieuses. Cependant, pour de nombreux pays, le référendum a créé un embarras et bouleversé bien des alliances au Moyen-Orient, dont les effets restent encore à voir.

La clé du succès ou de l’échec de la création d’un « nouvel État » au Moyen-Orient, nommément le Kurdistan irakien, c’est dans les mains de la Turquie qu’elle se trouve.

Rôle de la Turquie dans l’histoire récente de la Syrie et de l’Irak

-La Turquie a soutenu le soulèvement des tribus sunnites en 2014, lorsqu’elles ont constitué le groupe terroriste « État islamique » (Daech). Ankara n’avait pas demandé au diplomate de son consulat à Mossoul d’abandonner la mission diplomatique, ce qui fait que les membres du corps diplomatique se sont retrouvés prisonniers de Daech, pour être échangés par la suite contre des centaines de moudjahidines et membres de leurs familles que la Turquie détenait.

-Ankara a autorisé les Peshmergas irakiens à traverser son territoire pour se rendre en Syrie donner un coup de pouce aux YPG (la branche syrienne du PKK, l’ennemi juré de la Turquie) et reprendre Ain al-Arab (Kobané) occupé par Daech au nord de la Syrie.

-La Turquie a ouvert ses frontières aux djihadistes d’Al-Qaeda et de Daech sous le prétexte de « renverser le régime syrien de Bachar al-Assad ».

-La Turquie a abattu un avion russe qui bombardait des djihadistes à la frontière syrienne, ce qui a poussé Moscou à s’engager plus activement dans la guerre syrienne et donné le dessus à Assad.

-La Turquie a permis à Al-Qaeda et aux combattants étrangers d’un groupe turkistani d’occuper la ville frontalière de Kessab. La ville a été ensuite reprise, mais Ankara a créé un nouvel équilibre militaire en expulsant de son territoire des milliers de membres d’Al-Qaeda, qui ont ensuite occupé la ville d’Idlib, devenue depuis le centre névralgique d’Al-Qaeda en Syrie (appelé aussi Hay’at Tahrir al-Cham).

-La Turquie a demandé à ses mandataires syriens de se retirer de la ville d’Alep, ce qui a facilité sa libération à un coût moindre pour l’armée syrienne et ses alliés, marquant ainsi un tournant dans la guerre en Syrie.

-La Turquie s’est jointe aux négociations sur les zones de désescalade à Astana (Kazakhstan), après sa réconciliation avec Moscou et le retour à des relations normales entre les deux pays.

-La Turquie a déployé ses forces armées en Syrie pour éviter la création d’un « État » kurde appelé « Rojava » (d’al-Hasaka à Efrin) et empêcher les Kurdes syriens d’avoir accès à la Méditerranée, accès qui aurait pu aussi être utilisé plus tard par les Kurdes irakiens en cas de sanctions contre le Kurdistan irakien.

-La Turquie considérait l’Iran comme un « État qui parraine le terrorisme », tout en maintenant ses relations avec Téhéran. Elle a augmenté ses échanges économiques et collaboré pleinement avec l’Iran à Astana à titre de partenaires et garants en Syrie.

-Ankara n’a pas hésité à soutenir les Kurdes irakiens afin d’en tirer des avantages économiques, et de maintenir la présence de ses forces armées dans le nord de l’Irak. Malgré les nombreuses tentatives de Bagdad visant le retrait des troupes turques, Ankara a refusé de les replier, en prétextant « la demande du Kurdistan » pour assurer le maintien de plusieurs centaines d’officiers et de soldats en Irak.

-La Turquie ne devrait pas imposer la moindre sanction économique contre Erbil, même si Erdogan dit à qui veut l’entendre que « les Kurdes vont mourir de faim ». Il ne fait aucun doute que les responsables turcs continueront de proférer menace après menace contre Barzani, mais un doute subsiste quant à savoir s’ils passeront de la parole aux actes (sanctions économiques et arrêt des achats de pétrole) contre Erbil.

Pour résumer, le président Erdogan a déclaré la guerre contre les Kurdes syriens, mais leur a évité de perdre Kobané; il a déclaré la guerre à Assad, mais l’a aidé à reprendre Alep; il a déclaré la guerre au terrorisme, mais il a permis à Daech et à Al-Qaeda d’obtenir tout le soutien qu’il leur fallait de la Turquie, en plus d’acheter du pétrole de Daech; il a menacé les Kurdes irakiens, mais il continue d’acheter leur pétrole et n’a pas rappelé les centaines de camions qui font la queue à la frontière; il a promis de maintenir Al-Qaeda sous son contrôle à Idlib lors de la dernière réunion d’Astana, mais il a laissé le groupe terroriste prendre d’autres offensives militaires par la suite.

Les Kurdes irakiens sont évidemment bien au fait de l’instabilité d’Ankara et de ses changements de politique continuels, tout en étant certains que toutes les autres mesures prises par les pays limitrophes (Irak et Iran) pourront être facilement surmontées à l’avenir, tant qu’Erdogan proposera des solutions de rechange. Le prix à payer, c’est que les Kurdes irakiens se retrouvent entre les mains et sous la coupe d’Ankara. Mais il semble que Barzani soit content du résultat, tant qu’il a son nouvel État, qui prendra sa place en plein centre de la carte du Moyen-Orient.

L’Iran et l’Irak

Le référendum kurde a poussé l’Irak dans les bras de l’Iran, alors que les relations entre le premier ministre irakien Haidar Abadi et les responsables iraniens étaient à leur plus bas. Aujourd’hui, Abadi (et la plupart des Irakiens) voient en l’Iran le seul partenaire sincère sur qui ils peuvent compter. Ils peuvent aussi se fier à l’armée iranienne et le Corps des gardiens de la révolution islamique en cas d’escalade militaire contre le Kurdistan, en particulier dans les villes irakiennes contestées, à commencer par Kirkouk.

Bagdad est convaincu que Barzani ne franchira pas le pas sans la bénédiction des Américains, qui devrait se faire plus visible dans les prochains mois, selon des responsables irakiens de la capitale. Washington aurait apparemment décidé de favoriser Erbil plutôt que Bagdad dans ses relations, apparemment parce qu’il ne pourra pas pouvoir soutenir les deux en même temps.

Soutenir Erbil est plus attrayant pour les USA et leurs alliés régionaux (en particulier l’Arabie saoudite), dans l’espoir que l’initiative des Kurdes irakiens mettra les Kurdes iraniens en appétit (ainsi que les Kurdes syriens, qui sont déjà engagés sur la même voie). Si cela se produit et que nous assistons à un soulèvement en Iran (les Saoudiens ont déjà promis de soutenir tout soulèvement en Iran), l’économie iranienne et celle de l’Irak seront toutes deux sous une énorme pression.

L’Iran a appuyé Barzani en 2014 et lui a fourni des armes (à un moment où les USA refusaient tout soutien à l’Irak, pendant les six mois qui ont suivi la chute de Mossoul en 2014). Mais aujourd’hui, l’Iran est en état de guerre non déclarée contre Erbil. Il appuie sans réserve les mesures de Bagdad et est pour une éventuelle escalade et des mesures punitives croissantes.

Nul ne peut remonter le temps jusqu’à avant la tenue du référendum kurde. Mais il est encore possible pour Barzani d’éviter de contribuer à un plus grand gâchis dans un Moyen-Orient en effervescence. Il peut bien sûr voir toutes ces questions comme une préoccupation inutile, une tempête dans un verre d’eau. Malheureusement, tout indique que le dirigeant kurde est déterminé à poursuivre dans sa voie, en niant toute intention d’indépendance immédiate, sans pour autant l’exclure.

 

 

 

Massoud Barzani a pavé ou bloqué la voie aux Kurdes syriens? Une initiative dangereuse.

 

Publié ici:  via

By Elijah J. Magnier – @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

La décision du chef du Mouvement régional du Kurdistan (MRK), Massoud Barzani, de tenir un référendum sur l’indépendance du Kurdistan, définira l’avenir des Kurdes du nord-est de la Syrie. La communauté internationale (avec à sa tête les USA, qui ont de nombreuses bases militaires en Syrie) est directement concernée par les réactions, les menaces verbales et les mesures annoncées par les pays limitrophes du Kurdistan irakien où se trouve une minorité kurde (c.‑à‑d. la Turquie, l’Iran et l’Irak).

Téhéran, Ankara et Bagdad ont réagi vivement à la volonté unilatérale des Kurdes irakiens de diviser le pays. L’Irak et l’Iran ont pris une première mesure en fermant leur espace aérien à tous les vols en provenance et à destination d’Erbil. L’Irak a demandé à tous les transporteurs aériens de cesser de voler au-dessus du pays et d’utiliser l’aéroport d’Erbil. Le Liban s’est plié à la volonté du gouvernement central irakien et a suspendu tous ses vols en provenance et à destination d’Erbil (des vols quotidiens en situation normale). L’Égypte et les Émirats ont emboîté le pas au Liban. La Turquie se fait de plus en plus menaçante (« les Kurdes vont mourir de faim »), mais n’a pris aucune mesure concrète : les vols prévus de la Turquie à Erbil continuent d’atterrir et de décoller malgré tout ce qu’en disent les responsables turcs, mais aussi, et surtout, ses camions continuent de faire des allers-retours en territoire kurde.

Bagdad est allé beaucoup plus loin quand son premier ministre, Haidar Abadi, s’est vu conférer les pleins pouvoirs par le gouvernement et le parlement, pour qu’il prenne « toutes les mesures nécessaires », y compris le recours à la force militaire, pour maintenir l’unité du pays. C’est ce qui a encouragé Haidar Abadi à lancer un ultimatum à Erbil pour qu’il remette le contrôle de tous les aéroports et postes frontière à la police fédérale, conformément à la constitution. Ce qui signifie que le gouvernement central a l’intention de renforcer les sanctions contre le Kurdistan d’ici vendredi, et qu’il pourrait recourir à la force militaire pour imposer un contrôle sur toutes les zones contestées au nord, au nord-ouest et à l’est du pays. Pareille initiative mènera inévitablement à la violence dans le pays, tout en dévoilant les véritables intentions de la communauté internationale envers Erbil et Bagdad. Les USA et l’Europe, qui possèdent d’importants intérêts commerciaux et pétroliers au Kurdistan, ainsi que des bases de renseignement militaires, seraient directement concernés.

Une délégation du Kurdistan s’est rendue à Bagdad quelques jours avant l’annonce du référendum. Une source irakienne à Bagdad ayant pris part à la réunion m’a révélé que « les Kurdes avaient trois intentions claires : 1) montrer au reste du monde que les Kurdes tentaient de trouver une issue avant le référendum; 2) souligner l’importance de poursuivre le dialogue et d’éviter toute mesure répressive après le référendum; et 3) (ce qui est le plus important) essayer de savoir quelles mesures Bagdad pourrait adopter à titre de représailles après le référendum ». La source croit qu’il « n’y avait pas d’intention de repousser ou d’abandonner la tenue d’un référendum. La décision de Barzani est prise et il est certain de son coup ».

La décision était donc prise et Barzani savait qu’il y aurait des conséquences. Des représentants du dirigeant kurde se sont rendus dans différentes capitales (Beyrouth, Téhéran, Ankara, Tel-Aviv, Bagdad…) pour tenter de savoir quelle serait la réaction. Les représentants kurdes que j’ai rencontrés s’inquiétaient en particulier de la position des Hachd al-Chaabi (les Unités de mobilisation populaire ou UMP) et de leur intervention possible. Il semble que les UMP soient la principale source de préoccupation en raison de leur réputation (leur bilan), mais aussi parce que les batallions de Ninive en font partie (qui pouvaient voter au référendum qu’ils ont rejeté).

La prochaine mesure que compte prendre Bagdad, c’est de demander à Erbil de présenter tous ses comptes se rapportant aux questions officielles et aux revenus tirés du pétrole (900 000 barils de pétrole sont pompés chaque jour sous les auspices du MRK, dont 600 000 sont exportés par l’entremise de la Turquie) et des communications (l’entreprise de communication créée par Erbil fait l’objet d’une enquête et d’un arbitrage international, pour refus de paiement de milliards de dollars qu’elle doit depuis trois ans au ministère des Communications irakien).

Bagdad va sûrement envoyer des troupes dans toutes les zones litigieuses et empêcher les forces kurdes (Peshmergas) d’imposer leur mainmise sur les villes contestées. La situation d’insécurité ainsi créée fera en sorte que les Peshmergas resteront sur le qui-vive tout au long de la frontière avec le reste de l’Irak, en plus de grever encore plus la charge financière et l’endettement déjà pénibles d’Erbil.

Abadi n’attaquera pas la ville d’Erbil, mais limitera les Kurdes dans un territoire confiné et demandera à la communauté internationale de respecter son engagement de rejeter l’indépendance du Kurdistan, en arrêtant toute coopération économique.

Barzani a dissimulé sa baisse de popularité et la situation financière précaire du Kurdistan (due à la corruption de ses dirigeants) derrière le paravent d’un référendum controversé. Il est parvenu à soutirer des revenus du pétrole et d’autres sources à Bagdad, en plus de rassembler la plupart des Kurdes sous son giron, en faisant miroiter leur rêve d’un État indépendant, ce qui a fait bondir sa popularité. Mais le prix à payer semble très élevé.

Les Kurdes syriens du Parti de l’union démocratique (PYD) et sa branche militaire, les Unités de protection du peuple kurde (YPG et YPJ), comptent se tenir aux côtés d’Erbil et ouvriront leur « frontière » avec l’Irak, violant ainsi la souveraineté de Damas. Mais en quoi cela aidera-t-il Erbil ou le « Rojava » (Kurdistan syrien)? Les Kurdes syriens occupent déjà une position délicate en ayant accepté d’être les mandataires des USA. Ils ne peuvent non plus procurer à Erbil un accès maritime ou aérien pour stimuler l’économie du Kurdistan, et encore moins faire concurrence à ce que le gouvernement central à Bagdad peut offrir.

Les Kurdes syriens attendent de voir comment le monde va réagir au référendum du Kurdistan irakien avant de tirer leurs conclusions pour la suite des choses. Les USA devront réfléchir sérieusement à ce qu’ils feront du Kurdistan irakien avant de manifester un engagement irrévocable, car toutes les décisions auront des répercussions sur leur mandat en Syrie et leur occupation du nord-est du Bilad al-Cham.

La seule solution qui reste pour Barzani, si la Turquie donne suite à ses menaces et que la communauté internationale recule par rapport à sa position antérieure en soutenant le gouvernement central à Bagdad, c’est de se réjouir du résultat du référendum et ne rien faire. Par contre, si le dirigeant kurde a reçu suffisamment de promesses de protection de la part de la communauté internationale et de la Turquie, il n’a qu’à attendre encore quelques semaines avant de prendre une décision définitive.

 

Masoud Barzani either burned or paved the way for the Syrian Kurds: A dangerous move

Published here:  via

By Elijah J. Magnier – @ejmalrai

The decision of Kurdistan Regional Government (KRG) leader Masoud Barzani to hold a referendum for Kurdistan independence will define the future of the Kurds in north-east Syria. The international community (headed by the US with numerous military bases in Syria) is directly concerned with the reactions, verbal threats, and measures announced by the countries with a Kurdish majority and bordering Iraqi Kurdistan, i.e. Turkey, Iran, Syria and Iraq.

So far Tehran, Ankara and Baghdad have reacted harshly to the Iraqi Kurds’ unilateral wish to divide the country, but Iraq and Iran took the first measure by closing their air space to all flights from and to Erbil. Iraq asked all airlines to stop flying over the country and to cease using Erbil airport. Lebanon abided by the Iraqi central government request and halted all flights in and out of Erbil (flights scheduled daily in the normal situation). Egypt and the Emirtes followed Lebanon’s step. Turkey is increasing its threats (“the Kurds will go hungry”) but did not take any practical steps: scheduled flights from Turkey to Erbil are landing and taking off despite what Turkish officials otherwise declared, but above all, its trucks are still travelling backward and forward into the Kurdish territory.

Baghdad went a lot further when its Prime Minister Haidar Abadi was given full power by the government and the Parliament to take “all necessary measures”, including the use of military force, to ensure the unity of the country. This is what encouraged Haidar Abadi to give an ultimatum to Erbil to deliver the control of all airports and border crossings to the Federal Police, as stated by the constitution. This means that the central government is expected to increase sanctions against Kurdistan by this coming Friday and may use military force to impose control over all contested areas in the north, north-west and east of the country. Any such a move will inevitably spark violence in the country and an immediate revelation of the International community’s real intention towards Erbil and Baghdad. The US and Europe have large business, oil, and military intelligence bases in Kurdistan and would be directly concerned.

A delegation from Kurdistan visited Baghdad a few days before the announcement of the referendum. Iraqi Sources in Baghdad who participated in the meeting reveal to me “the Kurds came with three clear intentions: 1. To show the world the Kurds are trying to find a way out before the referendum. 2. It is important to continue the dialogue and avoid any repressive measures after the referendum.” 3. And most importantly, “the delegation was trying to find out what would be the measures Baghdad may adopt as retaliation for the referendum”. The source believes “there was no attempt to postpone or renounce the call for the referendum: Barzani has decided and is confident of his step”.

So the decision has been made and Barzani was aware of the consequences: personal representatives of the Kurdish leader visited various capitals (Beirut, Tehran, Ankara, Tel Aviv, Baghdad…) to understand what would be the reaction. Kurdish representatives I met were particularly concerned about the position of Hashd al-Sha’bi (the Popular Mobilisation Units – PMU) and their possible intervention. It seems the PMU are the main source of concern because of their reputation (track record) and because they include the battalions of Nineveh (who are involved in the referendum but who reject it).

The following step Baghdad is planning is to ask Erbil to present all its accounts in all official matters and expenses related to Oil Revenue (900.000 barrels per day pumped under KRG of which 600.000 b/d exported via Turkey) and also with reference to Communication Revenue (Erbil’s established Communication Company is under investigation and international arbitration for refusing to pay the Iraqi Ministry of Communication billions of dollars due for 3 years). Baghdad will certainly send forces to all disputed areas to protect these cities and prevent Kurdish forces (Peshmerga) from imposing their control over contested cities. In this state of insecurity for Erbil, the Peshmerga will be on continuous alert on all borders with the rest of Iraq, exhausting Erbil’s already strenuous and indebted finance.

Abadi won’t attack the city of Erbil but will limit the Kurds to a confined territory and will ask the international community to fulfil its commitment to reject the independence of Kurdistan, halting all economic cooperation.

Barzani masked the deterioration of his popularity and the critical financial situation of Kurdistan (due to the corruption of its leaders) and replaced it with a controversial referendum: he managed to brush away from Baghdad the oil and all other revenues already disposed of, and brought most of the Kurds under his umbrella by tickling their dream of an independent state, boosting again his popularity. But the price seems very high.

The Syrian Kurds of the Democratic Union Party (PYD) and its military branch, the People’s Protection Units (YPG and YPJ) will stand beside Erbil and will open their “borders” with Iraq: this in turn will violate the sovereignty of Damascus. But how this would help Erbil or “Rojava”, the “Kurdistan Syria”? Already the Syrian Kurds, in their situation, occupy an embattled position due to their accepting the position of US proxies. And they can’t open sea or air access to Erbil to boost Kurdistan’s economy, let alone compete with what the central government in Baghdad can offer.

The Syrian Kurds are waiting to see how the world will react to Iraqi Kurdistan to draw conclusions about their own next move. The US will have to think carefully what to do with Iraqi Kurdistan before taking any irrevocable step, since all decisions will have repercussions on its tenure in Syria and the occupation of north-east Bilad al-Sham.

Barzani’s only solution – if Turkey abides by its threat and the international community retreats from its previous position in favour of the central government in Baghdad – is to enjoy the referendum and its result: and do nothing at all. However if the Kurdish leader has received enough promises of protection from the international community and Turkey he, in this case, only needs to wait for few more weeks before making a final decision.

 

 

Les Kurdes en Irak et en Syrie : nouveau chaos entraînant une redéfinition des frontières au Moyen-Orient

Publié ici:   via

Elijah J. Magnier – @ejmalrai

Traduction : Daniel G.

Il ne fait aucun doute que la plupart des Kurdes irakiens répondront « oui » au référendum et commenceront à concrétiser le rêve de 30 millions de Kurdes vivant en Irak, en Iran, en Turquie, en Syrie et en Arménie, dont le point de départ est de créer un État indépendant au Kurdistan irakien. Malgré la déclaration du dirigeant kurde irakien Massoud Barzani selon laquelle le référendum n’est que l’amorce de négociations avec le gouvernement central à Bagdad (et non un « divorce » de l’État irakien), il espère (et sait fort probablement) que l’indépendance sera tôt ou tard reconnue comme un fait accompli par la communauté internationale. Chose certaine, ce référendum (si on donne suite au résultat) pourrait mener à une redéfinition de la carte du Moyen-Orient, à commencer par l’Irak et la Syrie, où les Kurdes de ces pays assurent le contrôle de suffisamment de ressources énergétiques pour garantir la viabilité de leur « État ». Pendant la guerre en Syrie, des dirigeants de partout dans le monde ont prédit que le Moyen-Orient ne serait jamais plus comme avant 2011, probablement en faisant référence à l’occupation, par le groupe armé « État islamique » (Daech), d’une grande partie de la Syrie et de l’Irak. Aujourd’hui, leur prédiction risque de s’avérer par l’entremise des Kurdes, malgré l’échec du « projet » de Daech, qui était de diviser la Syrie et l’Irak.

La volonté des Kurdes d’établir un État indépendant donne en fait plus de pouvoir à la Turquie, qui détient la clé du succès d’un futur État kurde et de la partition du Moyen-Orient. En effet, dans les mois et les années à venir en Irak, Ankara va jouer un rôle crucial dans le remodelage de la Mésopotamie et du Levant. L’exportation de la principale source de revenus pétroliers du Kurdistan passe par la Turquie, ce qui place Erbil à la merci d’Ankara. Par conséquent, si la Turquie juge que l’indépendance constitue une menace à sa sécurité nationale, elle n’hésitera pas à envoyer ses soldats au Kurdistan, pendant que Bagdad restera insensible sans vraiment réagir. En outre, les reportages montrant des Kurdes iraniens à Kirkouk offrent à Téhéran un prétexte en or pour s’en occuper en Irak si Erbil prend de nouvelles mesures en vue de l’indépendance.

Ces derniers jours, une délégation kurde en provenance d’Erbil s’est rendue à Bagdad pour négocier un report du référendum avec le gouvernement central. Elle a présenté une série de conditions (considérées comme inacceptables par Bagdad), en insistant sur l’existence à venir d’un État kurde indépendant. Le premier ministre irakien Haidar Abadi est resté inflexible et a proféré des menaces contre Erbil. Abadi a annoncé un embargo aérien sur Erbil et a demandé aux pays voisins de le suivre sur cette voie. Téhéran et Ankara ont répondu de façon positive, mais n’ont pas fermé leurs frontières avec le Kurdistan. Selon Nawzad Adham, le directeur général du Kurdistan au ministère du Commerce et de l’Industrie locale, les échanges commerciaux entre le Kurdistan d’une part, et la Turquie et l’Iran d’autre part, dépassent 10 milliards de dollars par an. La Turquie et l’Iran répondent à 95 % des besoins agricoles du Kurdistan, qui dépend aussi de la Turquie pour ses exportations de pétrole.

Le Kurdistan a échappé en grande partie à la destruction causée par la première guerre du Golfe en 1991, par l’occupation de l’Irak en 2003 et par la guerre contre Daech de 2014 jusqu’à aujourd’hui. Les Kurdes sont répartis sur 40 000 km2, ils exercent un contrôle sur plus de 20 % du pétrole irakien(l’Irak pompe 4.35 million barils par jour (b/j) et Kurdistan 900.000 b/j), leurs réserves énergétiques sont estimées à 45 milliards barils de pétrole et à 150 mille milliards de centimètres cubes de gaz, et ils exportent 600 000 barils par jour par l’intermédiaire de la Turquie. Le pétrole est une source de litige entre Bagdad et Erbil. En octobre 2011, les Kurdes ont signé un contrat d’exploration avec le géant pétrolier américain Exxon Mobil (dont l’actuel secrétaire d’État Rex Tillerson était le PDG) pour six blocs d’exploration, et ce, sans l’accord du gouvernement central, provoquant ainsi le premier affrontement officiel avec le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK). Depuis, le Kurdistan refuse de se soumettre à tout contrôle fiscal, par le ministère des Finances de l’Irak, des recettes liées au pétrole (et aux télécommunications) empochées par Erbil, ce qui a amené Bagdad à s’abstenir de lui verser 17 % des recettes pétrolières totales de l’Irak, puisque 25 % de ces recettes finissent apparemment par se retrouver dans les poches des dirigeants kurdes.

Bien des responsables occidentaux considéraient les Kurdes comme les seuls partenaires sérieux des USA contre Daech. Cependant, c’est le même Barzani qui a louangé l’occupation de Mossoul par Daech en juin 2014, parce qu’elle ouvrait la voie à une partition de l’Irak. De plus, les forces armées irakiennes (y compris les Unités de mobilisation populaire) ont perdu plus de 10 000 hommes et récupéré la majeure partie du territoire sous le contrôle de Daech, alors que les Kurdes d’Erbil se sont limités à défendre le Kurdistan, ont perdu environ 1 300 hommes et ont repris Sinjar quelques heures seulement après avoir autorisé Daech à quitter la ville irakienne pour la Syrie.

Barzani compte sur une reconnaissance internationale pour assurer la protection de son « nouvel État » dans l’avenir, malgré la position négative exprimée verbalement par de nombreux pays, dont les USA et le R.-U., ainsi que par l’ONU. Le dirigeant kurde n’est pas suicidaire et n’aurait jamais insisté pour franchir une étape aussi controversée sans bénéficier d’un soutien politique international, malgré ce qui a été dit publiquement. Les Kurdes en Irak croient que le référendum constitue une occasion historique à saisir, tandis que Bagdad le perçoit comme une erreur grave que les Kurdes vont finir par regretter. En fait, Abadi prend des mesures progressives contre Barzani. Ces mesures devraient être de plus en plus sévères et mettre en péril l’avenir des Kurdes qui possèdent des commerces et des résidences dans de nombreuses régions de l’Irak, ainsi que du million et demi de Kurdes employés dans les divers ministères et institutions officielles. Cela pourrait même mener à une confrontation militaire dans les principales zones contestées, notamment à Kirkouk, une ville au nord riche en pétrole (les gisements pétroliers sont à l’extérieur de la ville et sous le contrôle des Peshmergas kurdes).

En Syrie, la « fédération » kurde en devenir (les Kurdes de Syrie devraient commencer par vouloir une fédération avant de chercher à obtenir un État, comme en Irak) va pousser Damas et Ankara à collaborer, ce qui obligera Damas à fermer les yeux sur la présence des forces armées turques au nord de la Syrie, et à mettre en veilleuse pendant un certain temps sa revendication des territoires qu’elles occupent. Une fédération kurde riche en Syrie et un « État » kurde en Irak vont à coup sûr constituer une sérieuse menace pour la Turquie, où les Kurdes sont les plus nombreux (plus de 16 millions). Le président turc Recep Tayyib Erdogan est placé en position privilégiée, mais doit aussi abattre ses cartes habilement pour éviter d’avoir à subir des conséquences sur son propre territoire. Maintenant que les Kurdes d’Irak ont exprimé leur volonté d’avoir un État, ceux dans le reste de la région devraient sous peu suivre leurs pas.

Les Kurdes syriens représentent environ 8 % de la population, mais contrôlent aujourd’hui 25 % du territoire et 40 % des ressources pétrolières et gazières (à moins de perdre le contrôle de la province de Deir Ezzor, dans le nord-est du pays, riche en pétrole et en gaz naturel). Les Kurdes ont déjà commencé à organiser des élections communales et se préparent en vue d’élections de conseils municipaux dans les prochains mois. L’élection d’une assemblée législative se tiendra l’an prochain dans le nord-est de la Syrie.

En 2018, Daech ne contrôlera plus aucun territoire en Syrie et en Irak. Cependant, il est tout aussi certain qu’une nouvelle période de chaos attend le Moyen-Orient, qui remettra en question toutes les frontières et affectera la stabilité de la région.

 

Kurds in Iraq and Syria: a new chaos is redefining the Middle East’s borders

Published here:  via

By Elijah J. Magnier – @ejmalrai

There is no doubt that most Iraqi Kurds will say “yes” to the referendum and start materialising the dream of the 30 million Kurds inhabiting Iraq, Turkey, Syria, Iran and Armenia, a dream of establishing an independent state in Kurdistan-Iraq to start with. Despite the announcement of the Iraqi Kurdish leader Masoud Barzani that the referendum is only the beginning of a negotiation with the central government in Baghdad (and not a “divorce” from the state of Iraq) he hopes (and most probably knows) that the independence will be recognised as a fact by the international community sooner or later. For certain, this referendum – if its result is implemented – will lead to a redefinition of the map of the Middle East, and the countries of Iraq and Syria to start with where Kurds in both countries control enough energy resources to sustain their “state”. Leaders around the world said – during the war in Syria – that the Middle East would never return to the way it was before 2011, probably referring to the “Islamic State” (ISIS) occupation of large part of Syria and Iraq. But today, their prediction may come true through the Kurds – even though the “Islamic State” (ISIS) “project” failed to reach its objective, that of dividing both Syria and Iraq.

Thus, the Kurdish will to establish an independent state is giving greater power to Turkey, holding the key of the Kurdish future state, and to the partition of the Middle East. In fact, in Iraq, Ankara will play a crucial role in the coming months and years in reshaping Mesopotamia and the Levant. Kurdistan exports its main oil revenue through Turkey, putting Erbil at Ankara’s mercy. Therefore, if Turkey considers the independence a threat to its national security, it will not hesitate to send troops into Kurdistan, triggering probably little effective action or reaction from Baghdad. Moreover, media coverage which showed Iranian Kurds in Kirkuk creates a perfect excuse for Tehran, and free hand to hit these forces in Iraq if Erbil takes further measures towards independence.

In these last days, a Kurdish delegation from Erbil visited Baghdad to negotiate  a rescheduling of the referendum with the central government. They presented a series of conditions (which were considered unacceptable by Baghdad) based on a future Kurdish independent state. Iraqi Prime Minister Haidar Abadi showed no flexibility and launched threats against Erbil. Abadi declared an overtly ban on flights from and to Erbil and asked neighbouring countries to follow this step: Tehran and Ankara responded positively but to date both have kept the borders open with Kurdistan. According to Nawzad Adham, Kurdistan general director at the Trade and Industry local Ministry, Kurdistan business exchanges with Turkey and Iran exceed $10 billion per year. Kurdistan imports 95% of its agricultural needs from Turkey and Iran and depends on Turkey for the export of its oil.

Kurdistan escaped most of the destruction caused by the first Gulf war in 1991, the Iraqi occupation in 2003 and the war against ISIS in 2014 (to-date). The Kurds are spread over 40.000 km2, they control over 20% of the Iraqi oil  (Iraq produces around 4.35 million barrels per day (b/d) and Kurdistan 900.000 b/d), its energy reserves are estimated around 45 billion barrels of oil and 150 trillion cubic meter of gas, and it exports around 600.000 b/d via Turkey. Oil has been the source of a dispute between Baghdad and Erbil: in October 2011, the Kurds signed an exploration deal with the US oil giant Exxon Mobil (actual US Secretary of State Rex Tillerson is the former CEO) for six exploration blocks, and this without Central government approval, sparking the first official confrontation with KRG. Since then, Kurdistan has resisted agreeing any fiscal control from the finance Ministry related to oil (and telecommunication) revenue cashed in by Erbil and, in consequence Baghdad has refrained from paying 17% of its total oil revenue- since 25% of Iraqi total oil revenue is apparently ending in Kurdish leaders’ pockets.

Many western officials considered the Kurds the only serious US partner against ISIS. However, it was the same Barzani who praised the ISIS occupation of Mosul in June 2014 because it offered an opportunity for the partition of Iraq. Moreover, Iraqi forces (including the Popular Mobilisation Units) lost more than 10,000 men, and recovered most of the territory controlled by ISIS, while the Kurds of Erbil limited them to defend Kurdistan, lost around 1300 men, and took back Sinjar in few hours after allowing ISIS to leave the Iraqi city to Syria .

Barzani counts on international recognition to protect his “new state” in the future, regardless of a verbally negative stand from many countries, including the US, the UK and the UN. The Kurdish leader is not a suicidal candidate and would never have insisted on such a conflictual step without sufficient international political support. despite what is overtly announced. Kurds in Iraq believe the referendum is a historical opportunity not to be missed, while Baghdad believes it is a huge mistake that the Kurds will regret in the future. In fact, Abadi is taking gradual measures against Barzani. These measures are expected to increase in number and intensity, putting in jeopardy the future of Iraqi Kurds’ businesses and residences in many parts of Iraq, the over one million and a half Kurdish employees within the various ministries and official institutions, and may very well lead to a military confrontation in the main contested areas, especially the oil-rich northern city of Kirkuk (the oil fields are situated outside the city and under Kurdish Peshmerga control).

In Syria, the Kurdish future “federation” (Kurds in Syria are expected to start with a request for a federation before moving on towards a state, like in Iraq) will force a Damascus-Ankara collaboration, obliging Syria to turn a blind eye to the Turkish forces present in the north of the country and postpone its claim to recover its territory for a while. A rich Kurdish Federation in Syria and “state” in Iraq will definitely create a serious menace to Turkey, which holds the largest Kurdish population (over 16 million). The Turkish President Recep Tayyib Erdogan is in a privileged position but also needs to play his cards skilfully to avoid consequences on his own territory: once the Kurds of Iraq show their will to have a state, those in the rest of the region won’t hesitate long before following the same path.

In fact, the Syrian Kurds count around 8% of the population but control (under the US forces command and guidance) today 25% of the territory and 40% of oil and gas resources if they keep their control over the oil and gas rich province of Deir-Ezzour, north-east Syria. The Kurds have already started local community elections and are planning local council elections in the next months, with the election of a Parliament next year in north-east Syria.

The end of ISIS’s control of territories in Syria and Iraq is certain by 2018. However, it is equally certain that the Middle East is entering a new period of chaos, putting all borders into question, and affecting the stability of the region.

END

Read also articles related:

  1. The war in Syria coming to an end: the Kurdish card still to play https://elijahjm.wordpress.com/2017/09/14/the-war-in-syria-coming-to-an-end-the-kurdish-card-still-to-play/
  2. First “Islamic State” and then the US breaches Sykes-Picot with one objective: the Partition of Syria and Iraq
    https://elijahjm.wordpress.com/2017/07/18/first-islamic-state-and-then-the-us-breaches-sykes-picot-with-one-objective-the-partition-of-syria-and-iraq/
  3. The Kurds in Iraq and Syria are being used by the US as a Trojan horse for the purpose of dividing the Middle East
    https://elijahjm.wordpress.com/2017/07/09/the-kurds-in-iraq-and-syria-are-being-used-by-the-us-as-a-trojan-horse-for-the-purpose-of-dividing-the-middle-east/

Les chiites de l’Irak : amis, ennemis ou agents de l’Iran? Moqtada al-Sadr (3/3)

 

Publié ici: 

Version Anglaise: 

Baghdad by Elijah J. Magnier: @ejmalrai

Bon nombre d’Irakiens et d’Occidentaux poussent de hauts cris à propos de l’influence iranienne en Irak, et souhaiteraient mettre un terme au pouvoir qu’exerce Téhéran sur les politiciens et les services de sécurité irakiens. Mais rares sont ceux qui se demandent pourquoi les Irakiens ont permis à l’Iran d’avoir un tel droit de regard en Mésopotamie! Le brigadier général Qassem Soleimani, commandant de la force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique, est-il capable de jouir d’autant d’influence en Irak sans le soutien des Irakiens eux-mêmes? À la formation de chaque gouvernement, pourquoi les politiciens se précipitent-ils à Beyrouth et à Téhéran pour trouver une coalition qui convienne et obtenir un siège au gouvernement, si les Irakiens sont mécontents de voir l’Iran jouir de son influence dans le Bilad ma Bayna al-Nahraiyn?

En Irak, il y a des politiciens qui considèrent l’Iran comme une passerelle menant à certains postes importants au sein du gouvernement, qui permet du même coup d’enrichir leur propre parti local. D’autres politiciens cherchent à prendre leurs distances de l’Iran, comme Moqtada al-Sadr, bien que l’Iran lui ait fourni de l’argent, une formation, une villa à Qom et un refuge pendant des années avant qu’il ne proclame son « indépendance ». En fait, Moqtada n’a pas de stratégie à long terme (ni même à court terme); son comportement varie sur le coup du moment. Nos chemins se sont croisés à différentes reprises au cours de la dernière décennie et j’ai eu (et j’ai encore) des réunions régulières avec des membres de son cercle restreint et des (ex) commandants de la Jaish al-Mahdi (l’Armée du Mahdi), ce qui m’a permis de mieux saisir sa pensée. Il convient cependant d’ajouter que le cercle restreint de Moqtada a une « date d’expiration », car aucun sadriste de haut rang n’occupe un même poste plus que quelques mois. Ce qui suit donne un aperçu de l’histoire de Moqtada.

Moqtada al-Sadr

Tout a commencé en 2004, quand Moqtada al-Sadr a lancé un appel à la manifestation à Nadjaf, à courte distance de la ville sainte de Koufa, où prêchait son défunt père, le grand ayatollah Mohamad Sadeq al-Sadr.

On ne peut parler de Moqtada sans glisser un mot sur son père, qui a tracé la voie pour son jeune fils. Le régime baasiste de Saddam Hussein avait accordé à Sayed Mohamad Sadeq le privilège d’approuver les permis de séjour de tous les oulémas étrangers, y compris celui du grand ayatollah de Nadjaf. Mais le grand ayatollah al-Sadr avait une position ferme et assez révolutionnaire la dernière année de sa vie, en s’élevant contre Saddam et en appelant à la libération des prisonniers. Il avait des relations houleuses avec la Marjaiya représentée par le grand ayatollah Sistani, que Sayed Mohamad Sadeq accusait ouvertement, sans le nommer directement, de diriger la « Marjaiya silencieuse » (al-marjaiya al Samita), tandis que Sadr dirigeait la « Marjaiya au franc parler » (al-Marjaiya al Natiqa), ce qui ne manquait pas de plaire aux jeunes et d’attirer l’attention des Irakiens appauvris de Bagdad et du sud de l’Irak.

Al-Sadr est ainsi devenu une personnalité éminente ayant une influence sur la politique irakienne. Moqtada a repris le flambeau après la mort de son père, tué avec ses deux fils par le Moukhabarat (service du renseignement) de Saddam Hussein en 1999, quand Moqtada n’avait que 16 ans. Moqtada a également imité son père en portant un al-Kafan, le linceul blanc dont les musulmans couvrent les dépouilles avant qu’elles ne soient enterrées, qui est aussi une référence symbolique signifiant « je suis prêt à mourir à tout moment, mais je dirai la vérité ».

Très jeune, Moqtada a été assigné à résidence par les sbires de Saddam, mais avec beaucoup d’argent du Beit al-Maal (la maison de l’argent ou le trésor, qui est géré par un Marja’ et qui représente un pourcentage de l’excédent des recettes annuelles des donateurs). Sur le plan religieux, Moqtada à 16 ans n’avait pas le droit de toucher ou de dépenser de l’argent du Beit al-Maal sans obtenir une « licence » (permission) d’un Marja’ en titre.

Sayed Mohamad Sadeq avait deux étudiants qui se distinguaient : Cheikh Ali Smeism et Cheikh Mohamad al-Ya’cubi. Eux aussi devaient avoir une permission d’un marja’ en place reconnu. C’est à ce moment que le grand ayatollah Ishac al-Fayad a délégué son autorité à Cheikh Smeism pour qu’il puisse utiliser de l’argent tiré du Beit al-Mal. Mais contrairement à Ya’cubi, Cheikh Ali Smeism a refusé cette responsabilité, allant à l’encontre du désir du grand ayatollah. Mais il a ce faisant gagné en intégrité et en respect dans toute la Marjaiya jusqu’à aujourd’hui (ce qui n’est pas le cas des membres du cercle restreint de Moqtada). Ya’cubi a par la suite rompu avec Moqtada pour former sa propre « hawza », s’autoproclamer grand ayatollah et devenir chef du parti politique al-Fadila.

Après la chute de Saddam, bien des politiciens ont vu en Moqtada (à tort) un homme qu’on pouvait facilement manipuler pour attirer et éloigner bon nombre des centaines de milliers de fidèles de son père. Al Ya’cubi, Ahmad al-Chalabi, Ibrahim al-Ja’fari, Nouri al-Maliki, l’Iran, tous ont essayé, mais n’ont réussi à soutirer qu’une parcelle de la popularité que Moqtada a héritée de son père.

De nombreux jeunes hommes entouraient Moqtada, pour la plupart des étudiants (novices) à la hawza (« hawza illmiyya », un centre d’enseignement pour les religieux chiites) de son père. En raison de son jeune âge, quand les USA ont occupé l’Irak en 2003, Moqtada s’est laissé facilement influencé par les nombreuses idées qui circulaient autour de lui, qui manquaient de réflexion sur le plan stratégique et qui étaient lancées sous le coup de l’impulsivité.

Moqtada aimait l’image du chef du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, dont il voulait imiter le style, mais a finalement décidé qu’il était préférable de jouir d’une plus grande popularité due aux antécédents religieux plus prestigieux de son père. Moqtada souhaitait adopter les mêmes idées révolutionnaires que le Hezbollah en tant que groupe de résistance contre les forces d’occupation. Le Hezbollah avait combattu pour récupérer la majeure partie des territoires libanais occupés par Israël et les USA venaient tout juste de se déclarer ouvertement comme une force occupante.

J’ai atterri à Bagdad en 2003, à la suite de l’occupation américaine et de la chute de Saddam Hussein. Il était habituel de voir des militaires américains patrouiller à pied dans les rues de Bagdad. Ils se sentaient en sécurité dans la capitale et croyaient que tous les Irakiens se réjouissaient de leur présence. En faisant mon jogging quotidien dans Bagdad, de Shourjah à Kadimiyah, je me sentais peu rassuré en traversant al-A’zamiyeh. Quelques mois plus tard, j’ai toutefois réalisé que le centre des décisions en Irak se trouvait à Nadjaf.

Juste à l’extérieur du périmètre du Wadi al-Salam, le deuxième plus grand cimetière au monde après celui du Vatican, l’hôtel Al Sedeer était le meilleur qu’on pouvait trouver en ville. Il était exploité par un homme affable, qui peu après a été forcé de partir parce qu’il était un membre éminent du parti Baas. L’hôtel ne valait même pas un hôtel une étoile de tous les pays du Moyen-Orient que j’ai visité, mais c’est tout ce qu’il y avait à ce moment-là. Je ne connaissais personne dans la ville, mais avec les années, j’ai réalisé que j’avais fait le bon choix.

N’empêche que j’ai dû traîner un bon bout de temps, apprendre à connaître la ville et sa dynamique jusqu’à ce que j’ai eu l’occasion, pendant l’occupation de Nadjaf par Moqtada, de voir des portes s’ouvrir, en raison du comportement de Moqtada et de mes reportages audacieux. Sistani était vraiment surpris de lire un article d’un journaliste étranger vivant à Nadjaf qui écrivait à propos des actes répréhensibles de Moqtada. C’est que la Jaish al-Mahdi terrorisait tout le monde dans la ville, y compris la Marjaiya. En fait, pendant des semaines, la Jaish al-Mahdi me recherchait et les Nadjafis rigolaient à l’idée de me voir déambuler dans les rues de la ville en passant régulièrement sous le nez des hommes de Moqtada. Les habitants de Nadjaf étaient très gentils et généreux, m’offraient des verres, cherchaient à m’expliquer l’importance des familles à Nadjaf et aimaient bien discuter de la situation en Irak. Cette ville m’a accordé un degré d’accès aux décideurs à faire rêver tout journaliste ou chercheur.

 

Les forces d’occupation américaines considéraient Moqtada et son entourage comme un problème mineur et ont fait un premier pas en mai 2004, en arrêtant le responsable des finances Sayed Mustafa al-Ya’cubi, un compagnon proche de Moqtada. Ce dernier s’est alors fait conseiller d’appeler à une manifestation, sous la forme d’une longue marche de Nadjaf à la ville voisine de Koufa.

En avril 2004, je me suis joint à la manifestation de Moqtada contre l’arrestation de Sayed Mustafa al-Ya’cubi par les Forces d’opérations spéciales des USA. J’ai été aussitôt détecté comme étranger par la Jaish al-Mahdi juste avant d’atteindre Sahat al-Ishreen. Après une bonne fouille, j’ai été autorisé à participer. Il y avait des hommes armés parmi les centaines de manifestants, tous vêtus de noir et apparemment prêts à tout. Les 5 ou 6 kilomètres jusqu’à Koufa promettaient d’être une longue marche.

Lorsque le groupe est arrivé à Hay al-Sinaei, les hommes se sont mis à crier de façon belliqueuse en direction des forces salvadoriennes qui faisaient partie de la coalition dirigée par les USA, qui se trouvaient du côté gauche de la rue principale menant à Koufa. Pris par surprise, les soldats se sont mis à courir, désorganisés, lorsqu’un échange de tirs a saisi tout le monde et les rues se sont vidées en moins d’une minute. Une camionnette brûlait déjà au milieu de la rue. C’était la première « aventure » de Moqtada et probablement aussi la première fusillade à laquelle il voulait être mêlé.

Quand tous sont arrivés à Koufa, il était évident que Moqtada et son cercle restreint étaient déconcertés, pris par surprise devant une situation imprévue. Une petite altercation s’est produite entre ses lieutenants : cheikh Fuad al-Turfi s’est autoproclamé chef de la Jaish al-Mahdi à Koufa et porte-parole de Moqtada. Mais l’ambitieux Qais al-Ghaz’ali a convaincu le jeune sadriste de le choisir. À quelques mètres à peine d’où je me trouvais, je pouvais constater l’amertume d’al-Turfi, qui a même été exclus du leadership à Koufa par la suite, à l’avantage de Sayed Riyad al-Nouri (assassiné plus tard par la JAM).

De toute évidence, Moqtada ne planifiait jamais rien. Il agissait plutôt sous le coup de l’impulsion, en retenant toute « bonne idée » proposée par ses lieutenants s’il l’aimait et qu’elle comprenait un peu d’action dans sa réalisation. Moqtada est reconnu pour adopter toute bonne idée de ses lieutenants, mais seulement si elle a des chances de réussir. En fait, lorsqu’il a décidé d’occuper Nadjaf en 2004, on a vu des jeunes de l’extérieur de la ville établir des postes de contrôle sur la rue al-Rasoul même, quelques mètres à peine de la rue où habite le grand ayatollah Sistani. Les habitants de Nadjaf trouvaient cela difficile.

Moqtada a même imposé un laissez-passer spécial pour les étrangers et quiconque n’était pas de Nadjaf. On m’a amené au tribunal islamique un jour. Je marchais tout simplement sur la rue Rasoul lorsque des jeunes sbires, lourdement armés, m’ont stoppé. Sayyed Hachem Abou-Ragheef m’a alors répondu à la porte du tribunal islamique. Je lui ai alors demandé pourquoi, en tant que journaliste, il me fallait un laissez-passer spécial. Le chef du tribunal m’a répondu ceci : « Vous pourriez aussi bien être un espion dans la ville du commandeur des croyants (Amir al-Mo’minin). Je vais vous donner le document qu’il vous faut pour que vous puissiez circuler librement. »

« Si j’espionnais dans la ville du commandeur des croyants, ai-je répondu (qui est mort aujourd’hui), pourquoi donc donneriez-vous pareil document à un espion? » Abou Ragheef m’a invité à me taire, à prendre le document et à quitter les lieux. J’ai pris le document et l’ai mis dans ma poche, où il y en avait un autre, signé par le même Abou Ragheef qui ne se rappelait pas m’avoir déjà donné un document similaire une semaine plus tôt. Mais la tentation d’aller au « tribunal islamique » était trop grande. J’avais entendu bien de rumeurs de massacres entre ses murs, mais rien ne pouvait être confirmé évidemment. C’était les habituels racontars d’Irakiens qui aiment bien exagérer ce qu’ils entendent et qui, parfois, transforment les rumeurs en réalité.

Pendant la guerre de 2004 contre les Américains, Moqtada s’asseyait toujours au premier étage de son barrani (bureau) et avait accès à Internet. Le barrani (le bureau de son défunt père) se trouvait encore en face du mausolée de l’Imam Ali. Pendant la bataille de Nadjaf, je suis entré un jour pour m’enquérir au sujet de Moqtada. Un de ses proches collaborateurs m’a répondu qu’il avait reçu un nouveau jeu Atari et qu’il l’essayait. Depuis, je l’appelle Abou al-Atari, mais discrètement. Moqtada est un homme dangereux qui accepte mal la critique ou les blagues à son sujet.

Mais c’est un homme courageux. Pendant les négociations avec les Américains, on l’a conduit en voiture de nombreuses fois sans garde du corps, accompagné seulement de Sayed Imad Kilintar, qui assurait la médiation entre la Jaish al-Mahdi (JAM) et le premier ministre Iyad Allaoui. Il aurait pu être arrêté à chaque coin de rue, mais refusait même de mettre son amama (turban) de côté pour être moins reconnaissable. Pour ma part, ce que j’ai vécu en personne dans ses moindres détails pourrait faire l’objet d’un autre article.

Les forces armées américaines avaient bombardé mon hôtel, dont un seul des quatre étages était encore accessible. J’étais l’unique client et le réceptionniste tirait sur les ombres dans la nuit par peur, car tout le monde avait fui le vaste secteur proche du cimetière où l’hôtel se trouvait. Il n’arrêtait pas de tirer avec son AK-47 jusqu’à ce que je le convainque d’aller dormir dans la chambre d’à côté pour éviter de me réveiller chaque nuit. La Jaish al-Mahdi (JAM) tirait à partir des étages au-dessus de ma chambre, parmi les débris, lorsque j’ai décidé de quitter l’hôtel pour aller à Hay al-Saad. L’hôtel était devenu trop bruyant avec ses échanges de tirs quotidiens.

Moqtada se cachait à l’intérieur du mausolée de l’Imam Ali, où je l’ai rencontré à plus d’une occasion. Il était contre Sistani à ce moment-là, l’accusant de représenter la « Marjaiya al-samita » (la Marjaiya silencieuse). Quelques membres de la JAM, qui étaient armés, avaient été pris sur le fait dans une tentative d’atteindre le domicile de Sistani (et d’autres marajis comme Cheikh Bashir al-Najafi) à partir des toits. J’ai demandé à Moqtada en personne : Pourquoi dites-vous appuyer la Marjaiya alors qu’elle agit à l’encontre de vos intérêts? Il m’a répondu ceci : « J’appuie la Marjaiya de mon (défunt) père. » C’était au moment où Qais al-Khaz’ali était encore son porte-parole (il me faisait des signes derrière le dos de son patron pour que j’arrête). Moqtada avait alors un tempérament impétueux, ce qui contraste avec son attitude actuelle et sa politique, qui est en parfaite harmonie avec la vision de l’Irak par Sistani. Moqtada était violent avec ses lieutenants. Je l’ai vu gifler Qais le jour où le mausolée a été touché par un tir de mortier (de la JAM et non des USA, même si l’on disait le contraire à l’époque).

Pendant la seconde bataille de Nadjaf, l’Iran est entré en scène, gracieuseté de Abou Mahdi al-Muhandis, et a engagé des relations avec Moqtada al-Sadr, qui a ordonné à Cheikh Qais et à cheikh Akram al-Ka’bi d’assurer la liaison. Abou Mohammed Shibl, le chef de la JAM, a été démis de ses fonctions par Moqtada après la bataille de Nadjaf, pour des raisons qui sont impossibles à expliquer ici. Quand j’ai rencontré Shibl, il voulait que Moqtada le reprenne sous son aile, mais ce dernier refusait catégoriquement de le réintégrer, malgré l’intervention de Cheikh Smeism. Il a décidé de se mettre sous l’aile de l’Iran à la place.

En fait, la JAM a versé bien du sang dans ce fiasco qu’ont été les batailles de 2004 (la première et la seconde). Cette guerre déséquilibrée n’était pas nécessaire. J’ai vu comment les snipers américains pouvaient tuer sans hésitation un militant de la JAM debout au milieu de la rue à proximité de Hay al-Saad à Nadjaf quand il a ouvert le feu de son AK-47 contre un char Abrams. Mais l’histoire de la JAM à Nadjaf, de la bataille contre les forces armées des USA, de la capture d’un Canadien juif et de la façon dont Moqtada ordonnait à son chef de la sécurité, Sayyed Husam al-Husseini, d’aller lui chercher des falafels et du Coca-Cola est également remise à une prochaine fois.

Le grand ayatollah Sistani est revenu de Londres (où il s’était rendu pour des raisons médicales) afin d’éviter que Moqtada ne soit tué ou capturé. Lui et ses hommes ont fui pendant une manifestation, un peu à la manière du film égyptien (que je n’ai pas vu) « Irhab wa Kabab » (terrorisme et kébab), dans des circonstances similaires. Moqtada a fini par arriver à Bagdad sain et sauf et a été mis sous la protection de trois de ses lieutenants : Qais al-Khaz’ali, Mutafa al-Ya’cubi et Haidar al-Mussawi. Chacun avait la charge d’assurer la sécurité de Moqtada pendant 15 jours.

C’est à cette période (février 2006) qu’Abou Moussab al-Zarqaoui était parvenu à obtenir la réaction sectaire qu’il cherchait depuis toujours, en faisant exploser le sanctuaire chiite sacré de l’Imam al-Askari à Samarra. Dans l’ancien Islam, Samarra était une garnison militaire où se trouvaient de nombreux « askr » (soldats). Le nom du sanctuaire provient de l’imam qui a été assigné à résidence ou en prison la plus grande partie de sa vie, pendant le règne du calife abbasside Mo’tamed et de son frère, al-Muwaf’faq.

J’étais à Bagdad à discuter de la réaction des chiites et de la façon dont ils tombaient dans le piège d’Al-Qaeda (Zarqaoui était l’émir d’Al-Qaeda en Irak ou AQI) avec Cheikh Jalal-Eddine al-Saghir, à la mosquée Buratha. Il était autour de minuit et Cheikh Jalal subissait des attaques ratées à répétition d’Al-Qaeda, des tas de gardes du corps le protégeait et on l’accusait de diriger les « brigades noires », qui éliminaient ceux qu’ils croyaient être liés à AQI ou d’anciens officiers baasistes. Il n’aimait pas la tournure de la conversation et m’a laissé à minuit à l’extérieur. J’ai donc marché d’Al Karkh jusqu’au centre-ville (environ 10 km), où un couvre-feu était imposé à partir de 19 heures. Heureusement, les forces de sécurité irakiennes n’ont pas été trop strictes à l’égard d’un étranger sans pièce d’identité dans un pays en guerre où se trouvent des insurgés. Pas étonnant que les hommes de Zarqaoui étaient si actifs!

Moqtada s’est rangé de l’avis de l’Iran et a accepté de former un groupe clandestin, qui dissimulait sa participation directe. Cheikh Qais al-Khaz’ali, le lieutenant de Moqtada, est ainsi devenu le dirigeant de « La ligue des vertueux » (Asaïb Ahl Al-Haq ou AAH), une branche de la Jaish al-Mahdi, jusqu’à ce qu’il soit arrêté en mars 2007 avec son frère et un commandant du Hezbollah libanais, Ali Musa Daqduq. Ce dernier se déplaçait avec un passeport irakien et a feint d’être sourd et muet pendant un mois, jusqu’à ce qu’il soit reconnu à partir de documents israéliens. Daqduq était fiché en Israël, ce qui avait permis de le reconnaître. Il était le commandant d’un large front au sud du Liban et avait participé à de nombreuses batailles. Là encore, de pair avec les opérations de l’équipe de Daqduq, l’attaque et l’assassinat d’officiers américains à Karbala par le Hezbollah et la AAH, l’arrestation de Daqduq et sa libération mériteraient de faire l’objet d’un autre article.

Après l’arrestation de Qais, Moqtada a tenté de s’approprier tous les biens offerts par l’Iran à la Asaïb (bon nombre d’établissements, de stations d’essence, de commerces et bien plus encore). Akram n’y a pas consenti. « Ils portent le nom d’al-Sadr et je suis son représentant légitime. Il est mon père », de dire Moqtada. Ce à quoi Akram a répondu : « Sadr, ce n’est pas seulement toi, c’est chacun de nous. Nous sommes tous sadristes mais tu n’es pas le dirigeant de tout le monde. » Akram est demeuré fidèle à Qais et à l’Iran, mais pas Moqtada. Cela a marqué un tournant dans la loyauté et l’attitude de Moqtada, jusque-là favorable à l’Iran, devenu depuis relativement défavorable à l’Iran.

Moqtada a souffert de la défection de trois de ses principaux lieutenants, qui ont formé de nouveaux groupes indépendants : Asaïb Ahl al-Haq (dirigé par Cheikh Qais al-Khaz’ali), Harakat al-Nujaba’ (dirigé par Akram al-Qa’bi) et Kataeb al-Imam Ali (dirigé par Shibl al-Zaidi, mieux connu sous le nom de Abou Muhamad Shibil). Mais Moqtada considère aujourd’hui toutes ces divisions comme sans importance, car il dispose maintenant de plus de militants que jamais (des centaines de milliers).

Pendant son exode en Iran, Moqtada s’est rendu de Téhéran à l’Arabie saoudite, où il a rencontré le prince Bandar ben Sultan (le chef des services du renseignement saoudien à l’époque), au grand dam et mécontentement de Soleimani. Moqtada a maintenu son indépendance, jusqu’à un certain point. Sa relation avec le Hezbollah était également tout ce qu’il y a de plus normal, sans toutefois atteindre un niveau spécial, même si Sayed Hassan Nasrallah prenait soin de Moqtada et de ses lieutenants, les rencontrait régulièrement et envoyait toujours (jusqu’à tout récemment) une équipe chargée de la protection de Moqtada.

Quand la guerre en Syrie a éclaté en 2011, l’Iran a offert son appui au président syrien Bachar al-Assad, qui a refusé une intervention majeure, tout en acceptant la présence de combattants du Hezbollah autour du mausolée chiite sacré de Sayyida Zeinab, dans la région rurale près de Damas. En 2013, Al-Qaeda (front al-Nosra) a atteint le cœur de la capitale et Assad a demandé de l’aide. L’Iran a envoyé des conseillers et des combattants, et a demandé au Hezbollah et à plusieurs groupes irakiens d’envoyer des forces pour stopper les Takfiris (Al-Qaeda et le groupe armé « État islamique » ou Daech) avant qu’il ne soit trop tard. Moqtada a refusé au départ d’envoyer ses hommes en Syrie, car il considérait que Bachar devait partir. Lorsqu’il ne restait que son groupe parmi les chiites à ne pas s’être engagé, il a accepté de détacher 2 000 de ses hommes cette année-là.

Moqtada al-Sadr n’a jamais intégré sa branche militaire aux Hachd al-Chaabi, préférant combattre Daech sous le drapeau des volontaires. La Saraya al-Salam a pris le contrôle de Samarra, la ville natale du chef de Daech Abou Bakr al-Baghdadi al Samarraei, afin de protéger la ville et le sanctuaire chiite sacré de l’Imam al-Hassan Ibn Ali Ibn Mohammad al-Askari (déjà détruit en février 2006 par Al-Qaeda en Irak – Daech aujourd’hui – qui avait engendré des représailles sectaires brutales).

Voilà maintenant que Moqtada cherche à se débarrasser de la Saraya al-Salam (il change une nouvelle fois d’avis!), car il sait que le temps des milices en Irak tire à sa fin. C’est d’ailleurs la volonté du premier ministre irakien Haidar al-Abadi, avec la bénédiction du grand ayatollah Sistani. Il a donc demandé à tous les membres de son groupe de se joindre aux Hachd ou aux forces de sécurité une fois que l’ensemble du territoire irakien aura été libéré. Moqtada se retrouvera donc sans milice armée (bien qu’il possède le pouvoir de mobiliser des milliers de personnes en un rien de temps), et cherche aujourd’hui à forger de nouvelles alliances politiques en vue de l’élection d’un premier ministre fort.

Il voudrait bien appuyer le premier ministre actuel Haidar Abadi contre al-Maliki (qui est soutenu par l’Iran et qui veut plus que jamais reprendre le siège de premier ministre). Moqtada laisse toutefois les options ouvertes, en essayant de trouver une personnalité militaire ou un technocrate qu’il pourrait soutenir de l’arrière-scène. Il pourrait même appuyer l’ancien premier ministre et candidat favori des pays du Golfe et de l’Occident Ayad Allaoui qui, en 2004, avait donné l’ordre comme premier ministre de capturer ou de tuer Moqtada.

Moqtada a gagné le respect de la Marjaiya représentée par Sistani, parce qu’il a vu de quoi le grand ayatollah est capable. Il consulte Sayed Sistani sur des questions d’une importance capitale et gagne un respect mutuel en échange. Ainsi, les visites récentes effectuées par Moqtada (en Arabie saoudite et dans les Émirats) et ses contacts dans le Golfe ne doivent pas être considérés comme un geste unilatéral à l’encontre de l’Iran et de son axe en Irak, représenté par tous les groupes qui seront derrière al-Maliki. Moqtada a exprimé son désir d’aller en Europe et de visiter le Vatican, afin de se présenter comme « le dirigeant chiite modérément populaire, mais pacifique », par opposition au secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, « le fauteur de troubles ». Le monde serait bien heureux d’appuyer Moqtada (qui s’oppose aux plans de l’Iran et de ses mandataires en Irak, dont font partie ses anciens lieutenants) et de s’en servir, sans nécessairement le prendre comme un politicien sérieux et fiable.

Les chiites de l’Irak sont aujourd’hui politiquement divisés et les élections qui s’en viennent seront décisives, car tous les coups seront permis. Un côté sera soutenu par l’Iran et l’autre sera derrière Moqtada, Abadi et tous ceux qui espèrent défaire l’Iran. Menés par Moqtada al Sadr, ils recevront sans aucun doute le soutien des pays du Golfe et des USA dans l’espoir de causer la défaite aux alliés de l’Iran en Mésopotamie.